Centrafrique : Les graves conséquences qui attendent les terroristes signataires de l’Accord de paix et de la réconciliation

0

Bangui, le 12 avr. 19

Le centrafricain lambda s’interroge sur l’ingratitude des terroristes qui se disent chefs des groupes armés qui font les crimes actuellement sur le terrain, notamment à Kouango, Liotto, Bocaranga, Zoukombo, Galo…

L’article 35 de l’accord de paix signé est clair et il ne fait aucun doute que la mise en application de cette disposition tardera si ces chefs rebelles continuent de perpétrer les exactions sur le terrain.

C’est inadmissible de constater que les rebelles veulent jouer au malin et s’en foutent de la bonne volonté du gouvernement centrafricain qui est appuyé par la communauté internationale à savoir : l’Union Africaine, la Russie et la CEEAC.

Les criminels qui s’agitent dans les villes citées ci-haut, tuent, pillent et violent les paisibles populations pour des raisons inavouées. Est-ce que ces ennemis du peuple centrafricain sont effectivement engagés à dire au revoir aux engins de guerre qu’ils détiennent ? Absolument pas ! Un criminel est un criminel car il ne vit que du sang humain et ne lâchera jamais les crimes commis dans une zone partie du pays.

Pour rafraichir la mémoire de nos lecteurs, les dispositions sont toutes prévues en cas de violation de l’accord de paix signé. Le gouvernement pour sa part, a fait ses preuves de responsabilités en respectant les termes de cet accord alors que du côté des rebelles, ils ne font que violer et piétiner les choses pour leurs intérêts égoïstes qui ne disent pas leurs noms.

Pour ce qui est sûr, les dispositions sont déjà prises pour ces rebelles qui continuent de tuer sur le terrain en faisant semblant qu’ils sont pour la paix et le retour à la stabilité dans le pays. L’accord de paix est un danger pour les sanguinaires qui blaguent en ce moment. Les pays et institutions qui soutiennent le processus de paix en Centrafrique, sont remontés contre ces chefs rebelles qui seront corrigés sévèrement dans les prochains jours.

Le président Touadéra et le premier ministre Firmin Ngrébada sont également drastiques face à ces criminels de guerre qui continuent de massacrer les populations. Une dernière chance leur est donnée pour que « l’aiguille passe à 180° dégré ». C’est pour dire que les conséquences dudit accord de paix seront graves pour les auteurs qui seront…

@Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE