Centrafrique : Touadéra, face à son engagement pour la paix, est combattu farouchement par les assoiffés du pouvoir

0

Bangui, le 07 avril 19

Les centrafricains recouvrent au fur et mesure même s’il y’a quelques poches d’insécurité signalées dans certaines localités du pays. Le triomphe de cette quiétude fait suite à l’engagement du président Touadéra qui, dès sa prise de pouvoir, a promis de se battre par tous les moyens pour sortir son peuple de l’ornière. Voilà qu’il opte toujours pour la paix en prouvant sa volonté politique de dialoguer et de négocier pour la cause de ses compatriotes.

Il suffit de se souvenir de la chaîne des crises survenues dans le pays depuis le régime du feu président Ange-Felix Patassé, de l’ancien président Bozizé et avec Catherine Samba-Panza sous la transition. Ces régimes cités n’arrivent pas à donner la vraie paix aux centrafricains pour la simple raison qu’ils font recours toujours à la force.

Ne dit-on pas que la meilleure façon de faire la paix n’est pas par la voie du dialogue ? Bien que la paix n’a pas de prix, mais pour les avertis qui nous suivent dans les lignes, il y’a un prix à payer pour la paix et c’est ce que le président Faustin-Archange Touadéra a fini par payer à travers la politique de sa main tendue qui a parmi aux inassouvis de différentes entités, de revenir à la raison et décident pour contribuer au relèvement de leur pays.

L’une des preuves de cette main tendue du président Touadéra, c’est la mise à contribution des groupes armés dans la gestion des affaires du pays, suite à la signature de l’accord de paix le 06 février dernier. Le président Touadéra et son premier ministre veulent mettre chacun devant ses faits et seul le peuple centrafricain en jugera le résultat. Ces mêmes apprentis politiques qui, hier, estiment que la meilleure façon de gouverner un pays c’est par le dialogue. Touadéra qui a fait de cette option son cheval de bataille, est critiqué aujourd’hui par mauvaise foi après avoir tendu sa main aux groupes armés.

Deux questions simples à poser : Ces mauvaises langues veulent à ce que Touadéra lance une guerre à ces groupes armés en vue de maintenir le pays dans le chaos ?

En tout cas, il faut savoir dire la vérité, rien que la vérité pour permettre à nos compatriotes centrafricains de comprendre la réalité des choses, notamment l’approche du président Touadéra qui n’est pas l’homme de la guerre, plutôt celui de la paix.

Les leaders des groupes armés qui menaient une lutte contre le pays, contre le peuple centrafricain ont compris finalement que la solution pour faire développer un pays n’est pas la guerre. Car, le résultat est fâcheux sur les régions qu’ils occupent. C’est pourquoi, ils ont accepté la main tendue de Touadéra en vue d’enterrer définitivement les haches de guerre.

Ceux qui font le double-jeu en continuant la lutte armée sur le terrain, ce sont les manipulés de certains hommes politiques qui sont hostiles au pouvoir de Bangui. C’est Abdou Karim Meckassoua qui soutient depuis longtemps Abdoulaye Miskine qui sème le trouble dans le Nord-Ouest. Ce dernier est au service de son maître qu’il ne peut jamais le trahir.

Trouvez-vous normal que ce personnage puisse lâcher celui qui l’a fait sortir de la prison au Cameroun et le fait bénéficier d’une vie paradisiaque à Brazzaville chez le président Sassou-Nguesso ? Absolument pas ! Qui ne sait pas que Meckassoua qui a été chassé du perchoir de l’Assemblée Nationale dispose d’un privilège auprès du président Sassou. C’est clair ! L’ennemi de la RCA ne se nomme pas Touadera. Il se nomme Meckassoua. Personne n’a oublié ce qu’a fait Meckassoua pendant son règne à l’Assemblée Nationale, au point où il a été  viré par ces propres pairs comme un caïd, une première dans l’histoire de RCA.

Vaut mieux tard que jamais, après que ces alliés de seleka ont compris que Meckassoua est une personne à la fois malhonnête, dangereuse et haineuse.  Raison laquelle, ils ont fait le choix de lui tourner le dos et de faire confiance au président Touadéra qui tient toujours à sa parole. C’est dans ce contexte que Meckassoua n’a pas d’autres choix que de manipuler comme d’habitude sa marionnette de toujours le nommé Martin Koumtamandji alias Abdoulaye Miskine. Peu importe ce que ferait le gouvernement actuel, Abdoulaye miskine n’accepterait jamais de faire le choix de la paix pour une simple raison qu’il doit beaucoup à Meckassoua.

Pour Meckassoua, nous lui conseillons de preuve du patriotisme car il est un père de famille, chef d’un parti politique et un homme d’Etat de son état. S’il a un brin d’honneur et de dignité, nous lui prions de réaliser sa promesse envers nos parlementaires concernant la promesse de dotation en véhicule.

Même si Touadéra fait couper sa tête en vue d’obtenir la paix pour son pays, il y’a certains ingrédients qui vont toujours contester pour le fait qu’ils veulent absolument régler le compte du régime de Bangui après avoir tenu à l’échec dans un passé récent avec leur présence aux affaires de l’Etat.

Le régime de Bangui reste dans une droite ligne qui conduit le pays sur terrain radieux et dont le peuple centrafricain est conscient des efforts déjà engagés. Il faut savoir faire la part des choses. Les autorités de Bangui font leur part de volonté à ramener la paix dans le pays et ceux qui sont contre ces belles actions, rament à contre-courant en ce moment.

Herman THEMONA,  

LAISSER UN COMMENTAIRE