Centrafrique : Les fermes engagements de Touadéra et de Ngrébada sont concrétisés avec l’élargissement d’un gouvernement inclusif

0

Bangui, le 22 mars 19

Le président de la République Faustin-Archange Touadéra et son Premier ministre Firmin Ngrébada viennent de démontrer sur l’échiquier national et international qu’ils sont toujours attachés à leurs engagements pour le retour définitif de la paix et la stabilité de leur pays, la RCA.

En effet, le gouvernement « d’élargissement » mis en place au lendemain de la rencontre d’Addis-Abeba est rendu public le vendredi 22 mars 2019. La configuration de ce gouvernement est tout à fait appréciable selon les témoignages recueillis auprès de certains centrafricains qui sont attachés aux problèmes cruciaux que traverse leur pays depuis un certain temps.

Que dire de plus avec ce gouvernement (bis) qui, on ne souhaite pas, soulèvera encore d’autres mécontentements des assoiffés du pouvoir ? Qui lèvera un doigt pour contester ou discréditer le président de la République et le premier ministre pour l’acte salutaire dont ils viennent de poser pour l’intérêt du peuple centrafricain ?

Le gouvernement d’après Addis-Abeba résume déjà les conclusions des discussions engagées depuis le 18 mars 2019 entre le gouvernement et les groupes armés. Mais, le gouvernement à vrai dire, est composé des autres entités politiques, notamment les organisations de la société civile qui ont contestés entre temps, le récent gouvernement Ngrébada qui vient d’être fondu. C’est pour dire que, tout le monde est sur la même longueur d’onde et le chronomètre est donc activé pour les nouveaux entrants afin que les paroles soient traduisent à l’acte.

Le président de la République et son premier ministre qui sont suivis de près par leur peuple, vont devoir assumer la responsabilité qui est les leur pour ne pas que nous arrivions d’ici peu de temps, avec le format de 2013 qui a mis le pays dans son état qui est heureusement est sauvé par les autorités actuelles. Les hautes autorités ne doivent plus jouer à l’indulgence comme cela a été le cas dans le gouvernement Sarandji (1 et 2).

Le premier ministre Firmin Ngrébada qui a conduit la délégation gouvernementale à Addis-Abeba, s’est montré dynamique et optimiste sous l’impulsion du président Touadéra, du relèvement de la République Centrafricaine qui passe inévitablement avec l’appui des partenaires au développement.

In fine, le gouvernement inclusif qui vient d’être publié, c’est un ouf de soulagement pour le peuple centrafricain dont ses espoirs portent sur la suite de la mise en application de l’accord de paix signé voire les engagements pris récemment à la rencontre d’Addis-Abeba.

Hervé BINAH, 

LAISSER UN COMMENTAIRE