Centrafrique : Quel profit tire le pays avec ces groupes militaro-politiques qui sont sans vision, que de tuer ?

0

Bangui, le 21 mars 2019

Depuis plus de deux décennies, la République Centrafricaine ne fait que bercer dans ses bras, les groupes armés qui poussent comme de champignons au jour le jour. La mise en place de ces groupes terroristes ne fait qu’accentuer le problème du pays. Aucune solution n’est toujours trouvée avec ceux-là qui se disent chefs rebelles alors qu’ils sont  intéressés véritablement des affaires mafieuses : le business des ressources minières, fauniques, des armes…accompagné des crimes de toute sorte qui sont commis.

Les mêmes causes, produisent les mêmes effets, dit-on un dicton. C’est pour dire qu’avec ces mêmes têtes qui se disent des chefs rebelles, il n’y a aucun intérêt à tendre la main à ces incrédules qui s’emploient à la méthode des terroristes qui opèrent dans des pays qui sont connus pour le degré de leur criminalité à l’échelle mondiale.

Faisons juste un rapprochement, avec les régimes politiques qui se sont succédés en Centrafrique. Bien que les dirigeants de l’époque, au nom de la paix et pour l’amour de leur peuple, engagent les initiatives en vue de pacifier le pays, alors qu’il n’est rien du tout ! Les rebelles font toujours preuve de volte-face et qui sont animés constamment par l’esprit de destruction, de tuerie, de pillage, du viol, de la partition et de la lutte guerrière. Bref !

La RCA s’est retrouvée seule avec une batterie des groupes armés dont l’effectif dépasse celui du monde entier. Il suffit de nous dans les lignes pour savoir qu’avec ces organisations terroristes que nous citons ici :Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDCP) d’Abdoulaye Miskine ; Front Populaire pour la Renaissance Centrafricaine (FPRC) de Nouredine Adam ; Mouvement des Libérateurs Centrafricains pour la Justice (MLCJ) de Gilbert Toumou-Deya ; Mouvement Patriotique pour le Centrafrique (MPC) d’Alkatim Ahamat Mahamat ; Rassemblement Patriotique pour le Renouveau du Centrafrique (RPRC) de Herbert Gotran Djono Ahaba; Retour, Réclamation et Réhabilitation (3R) de Sidiki ; Révolution et Justice (RJ) d’Armel Sayo ; Révolution et Justice (RJ) de Bélanga ; Séléka Rénovée (SR) de Moussa Dhaffane et Hisseine Akacha ; Union des Forces Républicaines (UFR) de Philippe Wagramalé ; Union des Forces Républicaines-Fondamentales (UFRF) de Christian gbéya-Kikobet ; Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) d’Ali Darassa ; UFDR-Rénovée de Abdel Kader Khalil.

Posons juste la question de savoir à quoi sert toutes ces bandes des criminels qui n’ont aucune volonté pour la stabilité du pays ? Ces potentiels clients des tribunaux, de la Cour Pénale Spéciale voire la Cour Pénale Internationale, qui doivent à vrai dire, passer tout le reste de leur vie en tôle, se présentent du coup étant des victimes? Les centrafricains se demandent de quel profit tirent-ils avec ces ingrédients des rebelles qui ont le seul désir de faire couler le sang des innocents ?

Dans une République qui se veut responsable, de telles organisations criminelles ne peuvent aucunement exister. Personne ne nous dira le contraire de ce que ces groupes en sont depuis leur création. La communauté internationale à travers les organisations multilatérales qui soutiennent la RCA pour sa stabilité, a rendu public plusieurs rapports qui étalent les crimes perpétrés par ces bandes armées qui n’ont aucune raison de se faire montrer légitimes en face de leurs victimes que sont les populations centrafricaines.

L’expérience a démontré qu’avec ces multitudes groupes militaro-politiques, plusieurs foras, conférences, dialogues…ont été organisés dans le seul but de faire taire ces assassins. En fin compte de tout cela, rien de sérieux ! Ces terroristes continuent aisément leurs aventures à l’intérieur du pays avec la bénédiction de certains pays voisins. Aujourd’hui, le même scénario fait son bonhomme de chemin dont le président Touadéra en sait beaucoup de chose de ces criminels patentés qui lui montrent leurs biceps. C’est dans cette dynamique qu’il n’est prêt à céder aux chantages de ces derniers. Car, il sait qu’ils n’ont nullement le respect de la Constitution, ni celui des autorités légalement établies sans oublier les Institutions de la République. Plus pire, celui du peuple centrafricain.

Et donc, si ces groupes terroristes ne disposent pas de vision politique proprement dit, on ne voit pas de quoi les bercer et discuter avec eux continuellement. Puisque, ce qu’ils font comme activité criminelle, donne le goût à d’autres assassins qui seront obligés d’emboiter le pas afin d’éterniser la République Centrafricaine dans l’enfer qui ne dit pas son nom. Avec ce qui vient de se passer à Addis-Abeba après la rencontre de Khartoum, ces criminels démontrent clairement qu’ils sont les maîtres du pays, et sont capables de faire la pluie et le beau temps. Toute la République est appelée à s’aligner derrière leurs dirigeants en vue de faire disparaître ces crétins-rebelles dont leur « lutte politique » n’a aucun intérêt pour le peuple centrafricain.

Herman THEMONA,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE