Centrafrique : L’appui financier trompeur de l’Union européenne pour écrouler les efforts des autres partenaires du pays

0

Bangui, le 19 mars 19

Après la signature, le 6 février 2019 à Bangui, de l’Accord de paix entre le gouvernement centrafricain et les 14 dirigeants des groupes armés, divers investisseurs et autres multilatérales commencent à accorder une attention particulière au pays. Ils proposent des conditions favorables de coopération et certains sont même prêts à donner de l’argent à titre gracieux.

Mais, est-ce c’est bénéfique pour la République centrafricaine, comme les autorités des différents pays essaient de le présenter ? Par exemple, l’Union européenne a décidé à court terme, en plus de 5 millions d’euros dont le président Faustin-Archange Touadéra a obtenu lors d’un voyage à Bruxelles, d’allouer encore 60 millions d’euros.

Selon la délégation de l’Union Européenne, son appui additionnel sera fourni en vue de favoriser la mise en œuvre de l’accord de paix signé entre le gouvernement et les groupes armés, mais aussi de contribuer pour l’organisation des prochaines élections avec plus de 40 milliards de FCFA à court terme en vue d’appuyer la Centrafrique dans la mise en œuvre de ces programmes, notamment le Fonds Békou, lancé depuis 2014 par le soutien de la France, l’Allemagne et les Pays-Bas.

Mais, il ne faut pas oublier que tous ces pays sont des anciens colonisateurs. À l’époque, la France et l’Allemagne se sont enrichis en envahissant une partie du continent africain et en particulier, la RCA. C’est pour ça que ces pays sont parmi les grandes puissances du monde. Leurs anciennes colonies occupent également une position des pays développés et émergents, mais à partir de la fin de la liste.

Les anciens colonisateurs tentent à nouveau de manipuler et d’exploiter les pays qui sont vachement riches en ressources naturelles. Les européens sont habitués à vivre que des ressources des autres. C’est la France qui est à blâmer pour tous les conflits armés en RCA. Après tout, tandis que certains sont occupés par la guerre, d’autres peuvent voler librement leurs ressources naturelles et les exporter chez eux.

C’est ainsi que Paris et ses amis, qui couvrent les actions de leurs ressortissants en RCA au niveau international, gagnent des milliards de dollars chaque année. Aujourd’hui, il n’est plus possible d’imaginer le montant énorme que la France a volé à la République centrafricaine depuis près de deux siècles.

Il faut comprendre que les 65 millions d’euros qui sont alloués par l’Union européenne à la RCA pour « le rétablissement de la paix et la mise en œuvre des accords de Khartoum » sont une misère, un appui financier trompeur. Mais, dans ce cas-là, l’UE tente gagner le cœur du gouvernement et des Centrafricains pour qu’ils refusent de l’appui de vrais alliés de la République  qui sont la Russie, l’Union africaine, la Chine et le Soudan.

Les géants industriels français qui sont encore sur le territoire du pays : Total, Sucaf, Bolloré Group, Socatraf, orange-Centrafrique, Mocaf Brewer, Power et d’autres sont un frein principal pour le gouvernement centrafricain. Ils exercent dans le pays depuis très longtemps, alors que l’Etat centrafricain ne tire aucun avantage. Seuls les Français et leurs partisans en bénéficient.

Le sondage récent montre que la plupart des Centrafricains ont déjà compris la nature sournoise de ce qui se passe, et qu’ils sont donc aussi négatifs à l’égard des anciens colonisateurs de la République. Cependant, une telle attitude est observée dans le fonctionnement de l’ONU, qui bloque la fourniture d’armes pour les FACA, et envoie ses soldats qui sont incapables de protéger les civils qui meurent presque chaque jour. Après tout, vous avez sans aucun doute déjà remarqué que les soldats de la mission onusienne n’agissent qu’en cas de la menace pour les intérêts français.

@ Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE