Centrafrique : Le sage conseil du PM Firmin Ngrébada au président de l’Assemblée Nationale Laurent Ngon Baba

0

Bangui, le 02 février 19

Le nouveau premier ministre Firmin Ngrébada se jette déjà à l’eau aussitôt après sa prise de service. Se positionnant dans une posture de relance des actions gouvernementales, tout en basant sur les conclusions de l’Accord de paix signé avec les groupes armés.

Le patron de la Primature en tant qu’un Homme d’Etat et compétent, a rendu une visite de travail chez le président de l’Assemblée Nationale Laurent Ngon Baba. Cette visite qui a été saluée par les observateurs de la vie politique a permis aux deux personnalités d’échanger sur un certain nombre de points concernant la vie de la nation.

Ces points sont entre autres, l’appui indéfectible du pouvoir législatif à l’Exécutif en vue de la mise en œuvre de l’accord de paix signé ; la vulgarisation dudit accord par les élus de la Nation ; et la concertation permanente entre le gouvernement et l’Assemblée Nationale en vue de la réussite du plan de relèvement de la RCA.

Firmin Ngrébada qui fait montre d’un premier ministre conscient du rôle des députés, ne s’inscrit pas dans cette logique qui vise à mettre en divergence les deux pouvoirs. Pour lui, le gouvernement et l’Assemblée Nationale doivent évoluer sur la même longueur d’onde pour l’intérêt de la population centrafricaine. En tout, des sages conseils ont été donnés à Laurent Ngon Baba par Firmin Ngrébada.

Au sortir du tête-à-tête, le président de l’Assemblée Nationale a lui, de son côté, exprimé ses sentiments de reconnaissance à l’acte posé par le PM Ngrébada qui, quelques jours après sa prise de service, n’a pas tardé a prouvé son caractère responsable. Celui-ci de prévenir le PM Ngrébada que son Institution s’attend à sa déclaration politique dans les jours à venir, et ce, conformément aux textes prévus par la Loi.

Notons pour finir que l’ambiance entre les personnalités a été vive et que le peuple centrafricain estime pour sa part que cette attitude de collaboration ne soit dégradée pour des éventuelles futilités.

Hervé BINAH,

LAISSER UN COMMENTAIRE