Centrafrique : Le maire Emile-Raymond Gros Nakombo a tout bradé dans la ville de Bangui aux étrangers

0

Bangui, le 28 févr. 19

La ville de Bangui reste que l’ombre d’elle-même depuis qu’un certain Emile-Raymond Gros Nakombo, allié politique au président Touadéra, a été nommé comme président de la délégation spéciale. En tout cas, les plaintes sont nombreuses de la part des observateurs de la vie politique voire les propriétaires des lieux qui, le maire de Bangui s’est permis de liquider à certains particuliers d’origine étrangère.

D’après les enquêtes menées soigneusement par lepotentielcentrafricain.com, la Mairie de Bangui ne fait que reculer que d’avancer comme le souhaitent les banguissois. Aux dires de certains compatriotes, la ville de Bangui au temps de l’ancien maire Ngombé-kétté est mieux que celle que nous l’assistons au jour d’aujourd’hui.

Après le retour à l’ordre constitutionnel avec le président Touadéra en 2016, la ville de Bangui n’est même pas différente de celle connue en 2013 jusqu’à 2015 à l’époque de la transition. Cela nous amène a posé la question de savoir : de quel argument ce soi-disant Nakombo a pu convaincre le président Touadéra afin de le nommer à la tête de la Mairie ?

Au fait, depuis son arrivée à la tête de cette institution, rien ne va et les grincements des dents sont partout. Tout le monde s’attendait à une réforme totale de la ville de Bangui qui doit attirer voire séduire ses résidents, alors qu’au contraire, c’est le pire des choses. Aucune initiative pour redorer l’image de « Bangui la coquette » qui devient en réalité, « Bangui la poubelle », juste à cause d’Emile Nakombo qui gère l’administration publique étant une entreprise privée, en complicité de ses parents, amis et connaissances avec qui, ils plongeaient dans le business dans les années passées.

En réalité ! Qu’est-ce qu’il reste de beau dans la ville de Bangui ? Les places publiques servant des aires de distraction, telles que : la place cinquantenaire, le jardin public, les hangars d’attente pour le transport urbain, les feux tricolores dans les intersections, les latrines publiques…tout est à plat et ne sont pas dans l’ordre d’être réfectionnés du jour au lendemain. Tout ça, à cause d’Emile Nakombo qui a prouvé les limites de ses compétences à diriger une telle institution comme la Mairie.

Revenons une fois de plus sur les autres graves entorses qui font du mal aux centrafricains. Il s’agit de la pratique de bradage des espaces publics à certains particuliers qui en ont fait de leurs propriétés personnelles. Il suffit de faire un tour au Centre-ville, derrière le Stade Barthelemy Boganda, au Terminal Nord, à la Place Marabena….et bien d’autres, en tout cas la liste est exhaustive pour s’en rendre compte effectivement de ce dont nous évoquons dans ce présent article de lepotentielcentrafricain.com.

D’après une source proche provenant des collaborateurs d’Emile Nakombo « Dans ces endroits cités, nous nous sommes rendu compte que la plupart des lieux sont vendus à des particuliers, notamment les opérateurs économiques camerounais, nigérians, libanais et autres ressortissants étrangers qui se sont implantés à Bangui avec leurs entreprises. Ils ont achetés tous les espaces appartenant à l’Etat centrafricain au profit de leurs commerces. Et tout cela s’est passé contrairement aux textes qui régissent le fonctionnement de la Mairie voire le secteur de commerce en RCA. Nous sommes très déçus de cette manière de gérer une administration comme si elle appartienne à un particulier. », A confié ces cadres de la Mairie qui se plaignent de cette mauvaise gestion qui bat son plein dans cette institution.

Ces derniers d’en ajouter que : « la gestion de Nakombo est détestable par tous les agents de la Mairie qui se confrontent également à des difficultés d’ordre institutionnel, financier et communicationnel. ». Puisque selon eux, « Nakombo travaille depuis son arrivée parallèlement avec une administration qu’il met en place et qui est d’ailleurs, constituée de ses parents, ses amis et autres hommes d’affaires ». Ce qui, pour eux, font tort au bon fonctionnement de la Mairie dont le vrai personnel travaille d’arrache-pied pour l’image de la ville de Bangui.

En plus de ces insanités soulignées dans ce présent article, d’autres sources ont laissé entendre qu’Emile Nakombo se trouve dans une logique de bras de fer avec les maires des 8 arrondissements de la ville de Bangui. La raison de ce malentendu grave, c’est que, Nakombo impose une gestion autoritaire sur les maires de ces arrondissements. Autrement dit, Nakombo gère les mairies des 8 arrondissements en lieu et place de ses collègues qui sont nommés à ce poste comme lui.

Pourquoi celui-ci ne se contente pas de son Institution en s’ingérant dans la gestion des mairies des arrondissements qui sont pourtant administrées par leurs maires ? Dans cette affaire, une révélation a été faite à notre Rédaction comme quoi, certains maires de certains arrondissements de la ville de Bangui s’alignent derrières les fourberies de Nakombo pour s’enrichir frauduleusement avec les business qu’il les propose. Mais, ceux qui détestent et contredisent ses mauvaises pratiques de Nakombo sont considérés étant des ennemis.

Voilà ce qui pose problème actuellement au bon fonctionnement de certains arrondissements de la ville de Bangui qui, en toute franchise, à travers leurs maires, lancent une pétition pour pouvoir sollicité du Chef de l’Etat Faustin-Archange Touadéra, le départ sans délai de Nakombo et sa bande qui mettent à plat la Mairie de Bangui qui n’a jamais connue une telle gestion mafieuse à la Mairie sous les autres régimes.

Comme le disent certaines langues, même à l’époque de Bendounga, Cécile Gueret, Hyacinthe Wodobodé, anciens Maire de Bangui, ces derniers faisaient mieux que Nakombo qui compte ses jours en ce moment avec l’arrivée du nouveau premier ministre Firmin Ngrébada qui ne cautionne aucunement  de telles bêtises.

Pour en finir, il est temps pour le Chef de l’Etat, le nouveau premier ministre, l’Inspection générale d’Etat et la Cour des Comptes de rappeler le maire Emile Nakombo à l’ordre. Autrement dit, celui-ci n’a plus sa place dans cette Institution dont lepotentielcentrafricain.com lui attribue une note de 03/20  pour incompétence notoire durant sa gestion contrairement aux tapages médiatiques dont il en est friand pour couvrir ses bavures.

Bienvenu ANDALLA,

LAISSER UN COMMENTAIRE