Centrafrique : l’erreur n’a plus sa place pour les nouvelles têtes qui doivent intégrer le gouvernement d’après Khartoum

0

Bangui, le 11 févr.-19

Nous sommes arrivés à la phase décisive où le président de la République Faustin-Archange Touadéra n’a plus droit à l’erreur après avoir été indulgent avec ceux qui sont à vrai dire, complices de blocages constatés dans l’actuelle équipe gouvernementale.

Le Chef de l’Etat a reconnu avoir été victime de la politique de sa main tendue où ses propres compatriotes appelés à soutenir sa vision, ont fini par lui craché dessus. Les oreilles sont donc tendues en ce moment sur les noms qui doivent intégrer le gouvernement d’union nationale promis après les pourparlers de Khartoum et sa signature à Bangui la semaine passée.

C’est vrai ! On nous parle d’un mois où les conclusions de cet accord seront mises à l’exécution, en ce qui concerne exclusivement le partage du pouvoir avec les parties prenantes. C’est donc à cette occasion que certaines personnalités politiques qui profitent de l’occasion pour entrer dans la danse, en cherchant par toutes les voies et moyens à devenir ministre.

Au moment où le potentielcentrafricain.com met cet article sous presse, ces personnalités se sentant déjà dans ce futur gouvernement, réactualisent leur CV tout en consultant les marabouts de tous les horizons en vue de faire partie de ceux dont le président Touadéra leur portera son choix. Le malheur des uns, fait le bonheur des autres et d’autres trouvent leur compte au moment certains cherchent leur bonheur. Dit-on, un adage.

Les consultations fusent de partout chez les marabouts voire ceux qui  espèrent confier leur souci de nomination dans le gouvernement aux religieux qui, de leur part, exigent des conditions. Vive la société  et que vive l’intérêt recherché !

Si plusieurs personnalités contactées par notre Rédaction, soit dans les partis politiques, les groupes armés et la société civile émissent déjà leur vœu à intégrer ce gouvernement attendu, il y’a un risque qu’il faut soulever concernant le profil moral et intellectuel de ceux-là qui, vraisemblable, ne s’efforce pas à devenir ministre pour s’enrichir, rattraper le train de leur vie afin de gâcher le premier quinquennat du président Touadéra.

Monsieur le président, en toute franchise, vous avez été indulgent et large avec des gens qui ne vous rendent pas service alors qu’ils sont animés par l’esprit de convoitise, de gourmandise, du vol et du crime.

Le temps n’est plus à cette aventure qui consiste à donner le pain aux bras cassés alors qu’en réalité, votre peuple souffre énormément en ce moment à cause de l’inefficacité et de l’incompétence de certains de vos ministres dont le potentielcentrafricain.com en a fait l’écho dans ses récentes publications.

Ils peuvent conjuguer avec tous les dieux de ce monde, mais ils ne réussiront à atteindre leurs faux objectifs qui visent à vous conduire en erreur afin que votre mandat qui expire d’ici 2020 soit jugé totalement négatif. Donc, il faut des hommes qu’il faut à la place qu’il. Le temps n’est plus aux assoiffés du pouvoir, aux corrupteurs, aux voleurs, aux sanguinaires, aux profito-situationnistes qui veulent coûte que coûte rapprocher de vous pour des intérêts égoïstes.

Le choix qui sera porté sur ces nouveaux ministres voire ceux qui seront appelés à servir la Nation à la Présidence, à la Primature et autres Institutions de la République doit être rigoureux, basés sur les exigences que vous ne cessez de répéter dans vos déclarations. C’est bien de travailler avec toutes les couches sociales, mais il faut exiger de la qualité, de la compétence et surtout le vrai soutien à votre vision politique appréciée par le peuple centrafricain.

Au finish, les prétendants ministres qui sont plongés actuellement dans le maraboutage doivent savoir que leurs fétiches n’auront aucun impact sur la décision, disant le choix que le président Touadéra sur ceux qui peuvent mieux l’aider à gouverner la RCA.

Herman THEMONA, 

LAISSER UN COMMENTAIRE