Centrafrique : les médecins et hauts cadres du Ministère de la Santé saisis le Président Touadéra sur les bavures du ministre Somsé

    0

    Bangui, le 09 février 19

    Suite aux textes de nomination qui font couler de salives et d’encre, les cadres du Département de la Santé publique sort de leur mutisme et compte passer à la vitesse supérieure. Dans une correspondance adressée au Président de la République Chef de l’Etat, ces derniers exigent que la justice soit faite. Autrement dit, que les textes de nomination qui sont bourrés des iniquités soient revus dans le meilleur délai. Ci-dessous, l’intégralité adressée au Président Touadéra dont toutes les Institutions de la République sont mises à copie.

    REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

    Unité-Dignité-Travail

    Bangui, le 07 Février 2019

    LE COLLECTIF DES CADRES DU MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION,

    BANGUI

    A

    LA HAUTE ATTENTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CHEF DE L’EATHAUT PR FAUSTIN-ARCHANGE TOUADERA,

    BANGUI

    Objet : Recours contre les textes portant affectation ou nomination des Cadres aux Postes de Responsabilité du Ministère de la Santé et de la Population.

    N/Références:

    1. Arrêté N° 021/MSP/DIRCAB/DR/SGRHF.018 du 12 mars 2018 ;
    2. Arrêté N° N°628/MSP/DIRCAB/DR/SGRHF.018 du 23 avril 2018 ;
    3. Arrêté N°052/MSP/DIRCAB/DR/SGRHF.018 du 16 juillet 2018 ;
    4. Décret N° 18.367 du 29 décembre 2018.

    Monsieur le Président de la République Chef de l’Etat,

    Par la présente, nous venons très respectueusement porter à votre connaissance les manquements que comportent les textes officiels cités en référence et qui nous portent préjudice.

    Reconnaissant d’une part le pouvoir discrétionnaire et l’autorité de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat à nommer certains fils du pays aux postes de responsabilité dans l’administration centrafricaine, et d’autre part reconnaissant l’autorité conférée à monsieur le Ministre de la Santé et de la Population de nommer ou affecter par arrêté ou autres textes officiels, nous voulons signaler que ces nominations doivent répondre à certaines lois, règles et dispositions en vigueur en République Centrafricaine. Malheureusement, tous les textes officiels cités en référence ne respectent même pas les fondamentaux de la Loi portant Statut Général de la Fonction Publique Centrafricaine. Dans ces textes officiels, les manquements constatés sont les suivants :

     

    Concernant le Décret :

    • Un cadre a été nommé à deux postes distincts, violant ainsi le principe de cumul de fonction.

    Exemple du tableau ci-dessous :

     

    Nom et prénoms grade Les 02 postes occupés selon le Décret :
    1er poste 2e poste
    Jean Chrysostome KETTE Directeur des Hôpitaux Directeur de la Coordination du Financement de la Santé (p.6 du Décret) Directeur du Centre Hospitalier Universitaire de l’Amitié Sino-Centrafricaine (p.7 du Décret)

     

    • Plusieurs cadres hauts gradés sont relevés de leurs postes et abandonnés dans les couloirs.
    • Des médecins plus gradés, plus expérimentés, qui n’ont jamais fait l’objet de sanction administrative, sont soit mis sous commandement de jeunes Médecins moins gradés ou moins expérimentés, soit jetés dans les couloirs ;

    Exemple du tableau ci-dessous :

     

    Moins gradés ou moins expérimentés Plus gradés ou plus expérimentés
    Nom et prénoms grade Fonction Nom et prénoms grade Fonction
    Dr Luc Salva HEREDEBONA Médecin généraliste Directeur de l’Organisation des soins et de l’espace hospitalo-universitaire (p.6 du Décret) Dr Max Roger KOULA Médecin de Santé publique Chef de Service  des Relations avec les Institutions de Formation et de Recherche
    Dr Placide BISSENGUE Médecin généraliste Directeur de la Recherche, des Etudes et de la Planification (p.5 du Décret) Dr Germain PIAMALE Médecin de Santé publique Chef de Service de la Promotion et du Développement de la Recherche
    Dr Mermoz Thierry NGBANGAÏE NGOZOU Médecin généraliste Chef de Service de la Vaccination (p.3 du Décret) Dr Hugues BALIWA Médecin de Santé publique (Spécialiste en vaccinologie) En complément d’effectif !
    Dr Maurice BAWA Médecin généraliste Chef de Service de la Surveillance intégrée des maladies et de la Gestion des urgences de Santé publique (p.4 du Décret) Dr Samuel NZALAPAN Médecin de Santé publique En complément d’effectif !
    Dr Parfait Constant SEBOULO Médecin de Santé publique (depuis 1 an seulement) Directeur des Soins de Santé Primaires (p.2 du Décret) Dr Dieudonné Eucher YAZIPO Médecin de Santé publique (depuis plus de 15 ans) Chef de Service de Coordination et du Suivi des Soins de Santé Primaires

     

    • De jeunes cadres qui viennent à peine d’être intégrés dans la fonction publique et qui ne sont pas encore titularisés sont nommés à des postes de responsabilité ;
    • De jeunes cadres qui ne sont pas encore titularisés ont remplacé des Médecins Spécialistes plus gradés et plus expérimentés qu’eux. C’est le cas du Docteur SOMSE Larissa (et autres), Médecin Généraliste, encore stagiaire de la fonction publique qui a remplacé un Médecin Spécialiste bien expérimenté (Docteur Honoré MONGBAZIAMA) ;
    • Inadéquation entre les postes d’emploi et la qualification.

     

    Exemple du tableau ci-dessous :

     

    Nom et prénoms grade Poste de Responsabilité Profil exigé pour le poste
    Melvin GONI Technicien Supérieur de Santé publique (Infirmier Diplômé d’Etat en réalité) Directeur des Ressources (p.2 du Décret) Administrateur
    Danold Stanislas NDOBIA NOUTOWENA Titulaire de Maîtrise en Droit Chef de Service du Suivi de l’entretien des  Infrastructures Sanitaires (p.2 du Décret) Technicien en Génie civil

     

    • Des médecins qui ont assuré des intérims pendant plusieurs années sont soit abaissés par ce Décret, soit purement et simplement relevés.

     

     

    Exemple du tableau ci-dessous :

     

    Nom et prénoms grade Ancien poste de Responsabilité Nouveau poste
    Docteur Bernard BOUA Médecin de Santé publique Directeur général par intérim de la Santé publique (depuis plus de deux ans) p.4 Directeur de Lutte contre les Maladies tropicales négligées et les maladies non transmissibles
    Professeur Pascal MBELESSO Agrégé des Universités Directeur de l’Hôpital de l’Amitié par intérim (depuis plus d’un an) Relevé

     

    • Des médecins formés par notre pays avec l’appui des partenaires pour appuyer des Programmes phares de Santé (l’EPIVAC pour le Programme Elargi de Vaccination (P.E.V.), la SURVAC) pour la Surveillance Epidémiologique de terrain, etc.), sont purement et simplement jetés dans la rue et sans activités;
    • Les nouveaux Professeurs agrégés qui ont récemment hissé haut le drapeau du pays à Libreville et qui ont été félicités par le Chef de l’Etat sont relevés de leur fonction par ce Décret et remis là encore à leurs familles. Tout se passe comme si le Ministre de la Santé était mécontent lorsque le Chef de l’Etat félicite des compatriotes compétents, ou alors ce dernier ne voulait faire que la promotion des médiocres.

    Concernant les Arrêtés :

    • Le Ministre de la Santé a nommé et affecté certains Médecins à une fréquence moyenne d’une affectation par mois, ce qui fait qu’en trois mois ces cadres ont occupé aussi trois postes successifs pour finalement se retrouver dans les couloirs ; on se demande quelle est alors la durée normale d’un Cadre de l’Etat à un poste ?
    • Le Ministre de la Santé Pierre SOMSE a abaissé, sans raisons (même apparentes), d’autres cadres d’une fonction supérieure à une fonction inférieure, voire les a mis dans le couloir.

    Exemple du tableau ci-dessous :

     

    Nom et prénoms Grade Ancien poste de Responsabilité Nouveau Poste d’affectation
    Dr Max Richard Elysée BEZO Médecin Généraliste titulaire de 2 DU (en Epidémiologie et en Statistiques Sanitaires) Médecin-Chef du District Sanitaire de Bangui 2 En complément d’effectif à l’Hôpital Communautaire de Bangui

     

    • Le Ministre de la Santé et de la Population a aussi nommé des cadres à des postes qui n’existent pas dans l’organigramme des Hôpitaux publics (voir en annexe l’Arrêté N°186/MSPP/CAB/SG/DGSPP du 1er janvier 1994 portant organisation des Hôpitaux publics de la République centrafricaine qui, en son article 14 situé à la page 11, ne mentionne pas l’existence d’un Service de Surveillance Epidémiologique Hospitalière).

     

    Nom et prénoms Grade Ancien poste de Responsabilité Poste  d’affectation
    Docteur Hubert MAPOUKA Médecin de Santé publique Médecin-Chef de la Préfecture Sanitaire de la Nana-Mambéré Service de Surveillance Epidémiologique Hospitalière, poste fictif.
    Docteur NDANGA née Octavie Gérardine GOKE Médecin de Santé publique Revient d’une Ecole de formation en Santé Publique au Cameroun Service de Surveillance Epidémiologique Hospitalière, poste fictif.
    Docteur Thomas KOWANGA Médecin de Santé publique Revient d’une Ecole de formation en Santé Publique au Cameroun Service de Surveillance Epidémiologique Hospitalière, poste fictif.
    Docteur Félicité YAGATA MOUSSA Médecin de Santé publique Revient d’une Ecole de formation en Santé Publique au Cameroun Service de Surveillance Epidémiologique Hospitalière, poste fictif.

     

    Important : nous tenons à faire savoir que sur proposition du Ministre de la Santé Pierre SOMSE, Docteur Félicité YAGATA MOUSSA vient d’être nommée par ledit Décret (voir page 4) à un autre poste, abandonnant ainsi les trois autres cadres à leurs postes inexistants: n’est-ce pas là un cas de politique de ‘’deux poids, deux mesures’’? Quelle injustice!

       Les nominations ou affectations se font sans tenir compte des plans de carrières.

    En résumé, ces textes officiels sont pris sur des critères claniques, clientélistes, familiales, tribalismes, ethniques, de népotisme, de copinage, d’injustice,  etc., sans base juridique (textes régissant la carrière des Fonctionnaires et Agents de l’Etat). A chaque nomination ou affectation faite ou proposée par le  Ministre de la Santé Pierre SOMSE et son Directeur de Cabinet, on doit s’attendre obligatoirement à des bavures. C’est ainsi que plus d’une vingtaine de Cadres de très haut niveau de qualification appartenant à ce Département (dont liste ci-dessous)  se retrouvent en ce moment dans les couloirs, sans postes et donc sans activités pour le compte dudit Département, alors que l’Etat a mobilisé d’énormes moyens financiers pour leur formation:

     

    • Professeur Eugène SERDOUMA ;
    • Professeur Antoine DOUI ;
    • Professeur MOSSORO DIAMANT ;
    • Docteur HOZA Modeste ;
    • Docteur MONGBAZIAMA Honoré ;
    • Docteur GODDOT Mauricette ;
    • Docteur GUENDOKO Yolande ;
    • Docteur TENGUERE Joaquim ;
    • Docteur KOWANGA Thomas ;
    • Docteur NDAMAS Guy Bertrand ;
    • Docteur NDANGA Octavie ;
    • Docteur TEMBETI Paterne ;
    • Docteur DODANE Aimé ;
    • Docteur ABAKAR Sylvie ;
    • Docteur NZALAPAN Samuel ;
    • Docteur BALIWA Hugues ;
    • Docteur BEZO Max Richard Elysée ;
    • Docteur MAPOUKA Hubert ;
    • Docteur NDANGA Octavie Gérardine ;
    • monsieur YANGUERE ;
    • monsieur YAKOTA ;
    • monsieur IZADINE ;

    Quel gaspillage de ressources pour l’Etat centrafricain qui doit verser à ces Cadres contraints de manière injuste à ne pas travailler, leurs salaires !

    Nous tenons à rappeler que ce sont exactement là, des maux qui ont été décriés par le Forum de Bangui  et qui ont été classés parmi les causes des crises politico-militaires qui continuent de secouer notre pays. Nous sommes étonnés de ce que le Ministre de la Santé Pierre SOMSE et son Directeur de Cabinet en qui le Chef de l’Etat a pourtant placé sa confiance font curieusement partie de ces personnalités qui, à chaque occasion, nuisent à sa politique et à sa vision dans ce domaine prioritaire et sensible à travers leurs actes qui créent frustration, démotivation et mécontentement chez ces Cadres.

    Ces actes sont-ils de nature à consolider la Paix ? Sont-ils de nature à favoriser l’Unité Nationale dont le pays a besoin et qui est régulièrement prônée par le Chef de l’Etat lors de ses adresses à la nation ?

    Par la présente, Monsieur le Président de la République Chef de l’Etat, nous sollicitons l’examen de ces textes officiels, surtout du Décret ci-dessus dénoncé, leur éventuelle abrogation, le rétablissement dans leur droit des Médecins et autres Cadres lésés, et enfin la mise en place de mesures idoines dans le cadre de la bonne gouvernance. Cela éviterait à cet important Département et au pays la crise que veulent créer le Ministre Pierre SOMSE et son Directeur de Cabinet. Comptant sur votre sens élevé de responsabilité et de patriotisme, nous vous prions d’agréer, monsieur le Président, l’expression de notre sincère et respectueuse considération.

    Ont signé :

     Côté des Professeurs Agrégés 

     

    • Professeur Antoine DOUI-DOUMGBA:_________ Téléphone : 72 66 99 50

     Côté des Médecins et autres Cadres

     

    • Docteur MONGBAZIAMA Honoré :___________ Téléphone : 75 8175 83

     

    • Docteur MAPOUKA Hubert :_________________ Téléphone : 72 19 79 52

     

    • Docteur BEZO Max Richard Elysée :___________ Téléphone :75 20 20 38

     

    • Docteur NZALAPAN Samuel :_______________ Téléphone : 72 67 67 05

     

    • LISTE DES CADRES LESES PAR LES DIFFERENTS MOUVEMENTS DE NOMINATION OU D’AFFECTATION AU MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION ET ABANDONNES SANS POSTE DANS CE DEPARTEMENT

     

    • Professeur Eugène SERDOUMA ;
    • Professeur Antoine DOUI ;
    • Professeur MOSSORO DIAMANT ;
    • Docteur HOZA Modeste ;
    • Docteur MONGBAZIAMA Honoré ;
    • Docteur GODDOT Mauricette ;
    • Docteur GUENDOKO Yolande ;
    • Docteur TENGUERE Joaquim ;
    • Docteur KOWANGA Thomas ;
    • Docteur NDAMAS Guy Bertrand ;
    • Docteur NDANGA Octavie ;
    • Docteur TEMBETI Paterne ;
    • Docteur DODANE Aimé ;
    • Docteur ABAKAR Sylvie ;
    • Docteur NZALAPAN Samuel ;
    • Docteur BALIWA Hugues ;
    • Docteur BEZO Max Richard Elysée ;
    • Docteur MAPOUKA Hubert ;
    • Docteur NDANGA Octavie Gérardine ;
    • monsieur YANGUERE ;
    • monsieur YAKOTA ;
    • monsieur IZADINE ;

     

     

     

    LAISSER UN COMMENTAIRE