Centrafrique : comment Clarisse Yapélégo est-elle devenue une racaille du net pour nuire aux bonnes actions du régime de Bangui

    0

    Bangui, le 05 février 19

    La République Centrafricaine est victime et s’engouffre toujours dans sa désastreuse situation à cause de la mauvaise attitude de ses centrafricains eux-mêmes qui sont prêts à vendre leurs âmes au diable. Il suffit de suivre comment ceux résident par fuite de responsabilité, en France et autres pays, pour comprendre aisément qu’ils sont à vrai dire, animés par l’esprit de destruction, l’argent facile, convoitise de poste, en servant constamment ceux qui sont les pires ennemis de la RCA, notamment les ressortissants français. Suivez nos regards !!!

    Tous les centrafricains suivent de près ce que certains compatriotes malhonnêtes qui résident actuellement en France. Sur les réseaux sociaux, ils publient des choses très bêtes, oubliant qu’ils trahissent eux-mêmes leur image et celle du pays. Nulle part dans un autre pays, un digne fils du pays ne peut se permettre de se comporter ainsi, en s’attaquant par mauvaise voie, à ces compatriotes qui sont appelés par les hautes autorités de leurs pays à servir leur nation en vue de son développement.

    Ces derniers temps avec l’arrivée au pouvoir du président Faustin-Archange Touadéra, ces « cherchés à manger », en tentant en vain à bénéficier d’un poste de responsabilité à Bangui, se sont retirés en France pour mener une campagne de dénigrement contre les bonnes actions que font en ce moment les dignes fils et filles du pays.

    L’un des ceux qui font ce sale boulot est bel et bien, une certaine Clarisse Yapélégo qui usurpe le nom de la famille Bokassa, se réclamant la cadette à Jean-Serge Bokassa. Cette dame qui, au lendemain de la brillante élection du président Touadéra, a fait l’objet de rase mur dans tous les coins, à la recherche d’un poste de responsabilité. Cette dernière à Bangui, cogne à toutes les portes, en appelant et côtoyant toutes les personnalités qui sont la sphère du pouvoir de Bangui.

    Bien connue pour sa légèreté et son comportement peu orthodoxe en matière de responsabilité, honnêteté et surtout sa capacité intellectuelle aussi contestable, celle-ci n’arrive pas à concrétiser ses rêves ceux de tailler une part du gâteau auprès des ténors du régime actuel de Bangui et a fini par repartir (France) là où elle fait ses sales besognes. Tout le monde a encore en idée ses proches rapprochements avec les ennemis de la République qui manigancent depuis France contre le régime de Bangui.

    Ne suffisant à elle, un autre feuilleton vient d’être lancé par cette Clarisse Yapélégo qui n’a pas honte de dénigrer mensongèrement, certaines personnalités qui sont reconnus pour leurs œuvres indéfectibles à la gestion du pouvoir du régime Touadéra. On ne va pas passer mille chemins pour avouer ici dans ce présent article que Clarisse Yapélégo, à lire ses publications haineuses, défend la cause des chefs rebelles qui sont en négociation à Khartoum avec le pouvoir de Bangui. Clarisse Yapélégo est la vraie reine des seigneurs de guerre, en soutenant le projet de limogeage de l’actuel premier ministre Simplice Mathieu Sarandji afin que l’un de ses maîtres chefs-rebelles puisse être nommé à la Primature pour qu’enfin, elle bénéficie d’un quelconque poste politique.

    Clarisse Yapélégo avait braillé partout qu’elle dispose d’un carnet d’adresse bien garni au niveau international. Et c’est bel et bien, une relation insolite avec certaines personnalités tchadiennes telles que des ministres de Deby voire ceux de la France là où elle est à leur service en ce moment. Yapélégo se dit « connaisseuse » de l’Elysée, Matignon et le Quai d’Orsy. Et donc, c’est pour dire qu’elle est à l’origine de beaucoup de choses terribles qui se passent en ce moment dans le pays, avec en toile de fond, le massacre quotidien de nos compatriotes.

    Le président Touadéra en bon manager, n’est pas prêt pour sacrifier son régime aux gens du genre à Clarisse Yapélégo qui ne fait que vendre son âme pour atteindre ses objectifs. Clarisse Yapélégo se croit encore à l’époque de Bozizé où elle avait commis des bavures au nom du régime de l’époque avec l’appui de Sylvain Ndoutingai qui a fini par la « corriger » sévèrement.

    Qu’est-ce que ce Clarisse Yapélégo veut exactement de Touadéra, de Sarandji, des actuels ministres…qui travaillent d’arrache-pied pour la bonne cause de leurs compatriotes et pour la République Centrafricaine ?

    Clarisse Yapélégo est connue par tous les centrafricains et elle est attendue par les centrafricains qui sont prêts à…qu’elle continue bêtement ses insultes sans fondements contre les autorités du pays. Les dénigrements contre la personne de Sani Yalo sont un vrai coup d’épée dans l’eau, car c’est tout contraire de la réalité dont les centrafricains en savent beaucoup de chose. Une chose est de diffamer quelqu’un, l’autre est de faire face à la justice le moment venu. Clarisse Yapélégo peut compter sur son pays la France, mais la justice centrafricaine l’attend à bras ouvert à l’aéroport Bangui M’poko le jour où elle compte mettre ses pieds à Bangui.

    « Constitutionnellement, TOUADERA EST DESTITUABLE », c’est l’une des phrases publiées par cette Clarisse Yapélégo sur sa toile facebook. Les autorités judiciaires doivent en faire un acte gravissime qui mérite une poursuite immédiate. Pour éclairer les lanternes de nos lecteurs, c’est une déclaration grave qui est en quelque sorte, une intention d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Clarisse Yapélégo est proche des chefs rebelles biens connus et c’est elle-même qui contribue à la prise «   du pouvoir et de massacrer le peuple à nouveau ». C’est pourquoi, elle défend coûte que coûte la France, en menant une campagne contre le président  TOUADERA et déclarant stupidement que ce serait Sani Yalo  qui incite les gens à entrer à la résistance contre la France.

    Sani Yalo est le conseiller spécial du président Touadéra en matière de sécurité ! c’est faux, fausse information qui est publiée par Yapélégo dont les internautes doivent se méfier de ses publications qui visent qu’à nuire aux autorités centrafricaines et les dignes fils du pays comme les Sani Yalo et autres qui aident très bien le régime de Bangui.

    Sous d’autres cieux, la politique est d’une noblesse criarde malheureusement en Centrafrique elle est désacralisée par certains égarés dont l’annonce de leur répugne plus d’un. C’est le cas de le dire pour cette dévergondée de Clarisse Yapélégo devenue la risée de toute la République pour ses ambitions politiques qualifiées de poudre de perlimpinpin.

    Pour ceux qui ne connaissent pas la dame Yapélégo, elle fait partie de ces malheureux et éternels destructeurs qui ne font rien en France et dont l’unique travail consiste à animer les réseaux sociaux pour calomnier les dignes fils de la République Centrafricaine qui se battent pour son rayonnement.

    Ses affreuses agitations contre les dignes fils du pays ne sont autres qu’en guise de règlement de compte contre les autorités actuelles qui n’ont jamais voulu accepter l’offre abjecte de celle qui est connue comme une femme sans relief aucun.
    En vérité quel parcours cette dame à l’équilibre mental sujet à caution peut-elle se prévaloir pour ainsi remettre en cause le parcours du Président de la République Faustin Archange Touadera ? Cette accidentée intellectuelle maniant à peine la langue de Molière est-elle indiquée pour parler d’une sommité intellectuelle mondialement reconnue de la lignée de Touadera ?

    Clarisse Yapelogo n’a aucune étoffe politique nécessaire moins encore ne s’est jamais prévalue d’une quelconque qualité qui la distingue en Centrafrique. C’est n’est d’ailleurs que grâce à une promotion de canapé qu’elle a eu à occuper le poste de directrice commerciale (DC) du Comptoir national des minerais et gemmes (COMIGEM), l’une des sociétés d’Etat mises en place par son ex-patron Sylvain Doutingaï.

    L’on sait tous que Clarisse Yapélégo a été tripotée longtemps par Sylvain Doutingaï pour finir par l’envoyer en tôle car elle lui aurait extirpé frauduleusement une importante somme d’argent tant en manigançant de l’exproprier de l’une de ses villas qui devait lui appartenir. Elle a lamentablement cloué son bec en tentant de se faire élire comme haut conseillère de la communication à cause de sa moralité trop douteuse. Elle a été démasquée par les journalistes centrafricains qui ont préféré voter leurs dignes consœurs et confrères au HCC.

    On a compris par-là que son affaire avec Sani Yalo, c’est une histoire de convoitise, après avoir longtemps lui faire cours. Suivez notre regard ! Dans son pays la France, qu’est-ce que Clarisse Yapélégo fait précisément au Bois de Boulogne en France ? Poser la question à l’un de vos connaissances qui est sur place pour en savoir davantage ! Peine perdue car le digne patriote Sani Yalo n’entend pas lui prêter le flanc.

    Ce regain d’agitation de Yapelogo est connu, et nous le savons parfaitement ici au pays. Elle veut tout simplement montrer qu’elle existe pour qu’on pense à elle. Dans une prochaine parution, nous entrerons dans les détails pour éclairer nos lecteurs sur les amples informations sur cette dame qui s’érige bizarrement en donneur de leçon.

    Jacques KOSSINGOU, 

     

     

    LAISSER UN COMMENTAIRE