Centrafrique : quand la Minusca transporte les terroristes peulhs à Boda pour un nouveau massacre

    0

    Bangui, le 29 janv. 19

    La population de Boda et ses environs est sur leur qui-vive en ce moment. Depuis la semaine dernière, celle-ci quitte la ville à destination de Boboua, Bambio, Mambéré, Boganda, Boganangone et M’baiki, juste pour éviter que le pire leur soit arrivé dans les jours à venir.

    De sources concordantes qui nous sont parvenues de Boda, on signale la présence des mercenaires peulhs qui sont arrivés dans la ville avec l’appui des éléments de la Minusca qui leur ont facilité le transport. La même source de préciser qu’ils sont rentrés dans la ville de Bangui par l’axe Lambi et Boganangone en quittant depuis vers la ville de Carnot où sévissent les éléments de Sidiki.

    Quelques habitants de Boda confirment bel et bien que ce sont les éléments de la Minusca qui ont facilité l’incursion des mercenaires peulhs dans la ville de Boda. « Les éléments peulhs sont armés avec des engins de guerre de toute sorte. Ils sont bizarres, ils ne parlent même la langue sango et se comportement comme des terroristes. On ne peut plus rester dans la ville et nous sommes obligés de quitter notre maison pour fuir vers M’baiki. », Lance un jeune commerçant contacté.

    Qu’est-ce que la Minusca veut exactement ? Veut-elle replonger la ville de Boda dans le chaos comme cela a été le cas en 2014 ? Après Batangafo, Bandoro, Bakouma, Bambari et Ippy, le temps est-il venu à nouveau pour Boda de pleurer ses morts ? En vérité, en vérité, c’est un cas flagrant qui vient de confirmer la complicité de la Minusca dans l’enfer que traverse la RCA. Tout le monde sait que la Minusca veut transposer à nouveau la crise dans la région Ouest du pays, en transportant les peulhs armés de Sidiki depuis Koui, Zoukombo, Abba pour en arriver à Carnot et Boda.

    Les autorités centrafricaines ne doivent plus attendre pour que le pire soit arrivé et la présence des forces armées centrafricaines est donc obligatoire à Boda en vue de bouter hors d’état de nuire ces criminels soutenus par la Minusca du gabonais Onanga-Anyanga.

    A suivre…

    Herman THEMONA, 

    LAISSER UN COMMENTAIRE