RCA/OBO : Une nouvelle menace armée en gestation

0

Bangui, le 24 déc. 18

La crise centrafricaine demeure comme une inéquation à trois inconnues difficiles à résoudre du fait de sa complexité. Surtout du fait du non maîtrise de la situation de la part des éléments de la Minusca qui se trouvent souvent perplexes et de surcroît à l’arrière-plan. Voilà, la population de la ville d’Obo situé à l’Est de la Centrafrique qui commence à connaitre un calme précaire se retrouve encore dépassée par cette nouvelle flambée et montée de la violence qui trouble leur quiétude depuis presque trois mois.

En tout état de cause, l’inquiétude est galopante au sein de la population de cette région qui commencent à se méfier des émois  et inouïs qui peuvent les faire retomber dans la même situation qui pour eux est loin de terminer.

En effet, depuis quelques mois, un nouveau groupe armé dont leur identité n’a pas été révélée sème la terreur et la panique au sein de la population autochtone de Haut-Mbomou. Ce groupe tend des embuscades dans la région auprès des habitants qui vont au champ ou qui vaquent à ses différentes occupations.

Déjà une dizaine de personne a été déjà retrouvée morte dans la région d’Obo, à la suite d’un enlèvement par des éléments de ce nouveau groupe armé, a-t-on appris le jeudi dernier de la part d’une source concordante.

D’autres témoins affirment aussi que : «  les victimes avaient été d’abord appréhendées le 20 décembre dernier en allant au champ. Elles ont été retrouvées mortes par la suite. Lesquelles ennuis remonte du 13-14 de ce mois, on m’avait aussi signalé que deux hommes sont portés disparus.  Le 16 du même mois, leurs corps ont été retrouvés  quelques jours après leur kidnapping. Mais, pour certaines victimes leurs corps n’ont pas encore été retrouvés.  Il y avait certainement des ’’djiandjiawides’’ venus du Soudan du Sud qui menaçaient la tranquillité de la paisible et laborieuse population de cette ville de Zemio ». A soutenu le Sous-préfet de la ville

D’emblée, ni les forces étrangères constitué des éléments de la Minusca n’ont pas pris cette nouvelle menace au sérieux. L’on ne connait pas les motivations de cette force nuisible qui menace la ville d’Obo.

Il est de la responsabilité du gouvernement de mener des investigations pour en savoir plus sur ces groupes armés. Car, des éléments d’informations ont été déjà donnés aux autorités du pays et à la Minusca présente sur le terrain. Car il est  de la responsabilité de ces anges gardiens qui sont les éléments de la Minusca   de mener des investigations pour savoir quels sont les éléments qui menacent la sécurité des paisibles citoyens.

Les populations, très inquiètes devant cette nouvelle menace sécuritaire, ont demandé au gouvernement de faire quelques choses pour les faire extirper du cercle vicieux de cette force de nuisance.

Rappelons que, la région d’Obo est exposée depuis longtemps aux hommes armés. Dans un passé récent, c’étaient les rebelles de la LRA (Armée de libération du seigneur) de Joseph Kony qui semaient la terreur, en emportant avec eux les habitants de tout un village. Ceux-ci utilisaient cette population kidnappée comme des porteurs, soit pour en faire des membres de leur mouvement.

Toute la population de Haut-Mbomou ont les yeux tourné vers les autorités de Bangui en vue de trouver une solution rapide à cette situation afin d’éviter une nouvelle prise d’otage de grande envergure comme s’en est le cas dans le passé récent avec le groupe de la LRA. Au secours !

Bienvenu ANDALLA,

LAISSER UN COMMENTAIRE