Centrafrique : « La France ne doit pas toujours continuer à gérer ces anciennes colonies comme un pré carré » dixit Ambassadeur russe

0

Bangui, le 24 décembre 18

La République Centrafricaine sujet de divergence profonde entre la France et la Fédération de la Russie. Le pays de Boganda se retrouve  au centre des jeux politiques et diplomatiques. D’abord en qui concerne la gestion de ce pays et la sempiternelle problématique du dialogue avec les groupes armés. C’est pour une première fois que l’ONU perd sa crédibilité dans la gestion d’un  pays et surtout pour départager les deux parties en conflit.

Depuis presque plusieurs mois que ce sujet est en train de faire couler beaucoup d’encre et de salive entre ces deux puissances. La Russie avait intention de mettre un veto au texte concernant le prolongement du mandat de la Minusca. La France de son côté a reconnu à la Russie d’être la pierre maîtresse dans la stabilisation de la Centrafrique.

Mais Moscou avait encore souligné que la France était allée trop loin et annonce que la rencontre de Khartoum organisé en Août dernier avec les troupes rebelles s’avère très positif.

Cela constitue une ligne rouge avec Paris qui veut faire de l’initiative de paix africaine conduite sous l’égide de l’initiative de l’Union Africaine comme la seule issue possible pour parvenir à un accord de paix.

Ces propos avaient littéralement déplu à l’Ambassadeur Russe qui s’en ait pris violemment à la France qui selon lui : «  la France ne doit pas toujours continuer à gérer ces anciennes colonies comme un pré Carré ». Ce qui avait poussé l’ambassadeur français à changer d’avis pour revenir au bon sentiment et à la case du départ pour répondre indirectement aux Etats membres de mettre l’intérêt du peuple centrafricain avant les intérêts internationaux et de renoncer aux approches solitaires et exclusif. Le combat est toujours lancé sur un ring qui se trouve sur la colline de l’Oubangui.

Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE