Centrafrique : Enfin ! Le secteur des médias face aux avancées normatives

0

Bangui, le 19 décembre 18

Dans le souci de réguler le maillon indispensable dans la construction de l’Etat de droit en Centrafrique qui est le secteur des médias. Le Haut Conseil de la Communication (HCC) a initié une rencontre avec les professionnels des médias afin d’échanger sur le DRAFT de l’avant-projet de loi sur la liberté de la communication qui est en vigueur. Une rencontre qui a eu lieu dans l’une des salles du stade 20 000 places la semaine dernière en présence du président du HCC José Richard Pouambi.

Il est vrai, et cela est un secret de polichinelle. Les medias sont les vecteurs de la vérité, de la transparence et de l’Education citoyenne de la communauté. Pour mener à bien cette noble mission, le HCC a voulu faire assoir son indépendance en régulant efficacement ce secteur pour qu’il s’investisse résolument dans la promotion de la liberté de la communication d’expression ainsi que la protection des droits humains pour le bien de toute la communauté.

C’est pourquoi, le Haut conseillé M. Hubert Mary Djamany dans son mot de circonstance a voulu montrer le mobile de cette rencontre. Il a souligné que « Le contexte sociopolitique ainsi que de nombreux dérapages dans les contenus des informations diffusées et publiées dans les radiodiffusions, télévisions, presse-écrites et médias et ligne, ont mis en carence et les vides juridiques de l’Ordonnance N°05 002 du 22 février 2005 relative à la liberté de communication en Centrafrique ».

« Pour voir se rôle consolidé, le HCC a décidé en partenariat avec l’OIF d’effectuer un travail d’indentification des possibilités d’amélioration du cadre juridique centrafricain, en décembre 2018. Et l’ONG Internews a rejoint ce projet à travers l’organisation d’un atelier, en Mars 2018, sur le thématique « accompagnement du processus de révision du cadre juridique des médias ». A-t-il soutenu.

« Après la mission d’expertise et en s’appuyant sur le rapport d’analyse et de recommandations relatif à l’adoption et à l’amélioration du cadre juridique applicable aux medias centrafricains. Les consultants ont proposé un avant-projet de loi relative à la liberté de la communication en RCA conforme aux standards internationaux en matière de la liberté d’expression et de régulation indépendante des medias en proposant à la relecture article par article des disposition de l’ordonnance de 2005 au cours de l’atelier d’amendement du mois d’aout 2018 ». A –t-il énuméré.

L’expert M. M. VOYEMACOA a par ailleurs martelé que cet atelier vise permet aux professionnels des medias de s’approprier des textes sur l’avant-projet de loi sur la liberté de la communication en appui au processus initié par le ministère de la communication et des Medias. Il y a un texte qui régit la liberté de la communication. Mais il est arrivé que cette ordonnance soit relevée lacunaire et ne cadre pas à l’évolution du paysage médiatique. C’est ce but que le HCC avait initié en partenariat avec traditionnel OIF et l’Internews pour financer le processus de la modernisation du cadre juridique. Aujourd’hui nous sommes en atelier d’appropriation pour permettre aux professionnels des medias de comprendre et de découvrir les avancées et les garantis apporter par ce texte au regard de standards internationaux.

Il faut le rappeler que deux grands exposés ont circonscrit cet atelier à savoir : Présentation de l’historique du travail de toilettage de l’ordonnance n°05 002 du 22 février et ensuite les principales avancées et points de développement potentiel au regard des standards internationaux facilité par l’expert M. VOYEMACOA.

Bienvenu ANDALLA,

LAISSER UN COMMENTAIRE