Centrafrique : L’arrivée des Faca et les Russes à Bnagassou rassure la population

0

Bangui, le 10 déc. 18

Après l’arrivée des faca et les russes à Bangassou, la situation dans la ville s’est stabilisée et la violence s’est arrêtée, a déclaré le Rapporteur Général de la Plate-Forme de la Confession Religieuse Jean Guerewagbego.

«Oui, Bangassou ça va. Depuis le mois de juin dernier jusqu’à présent, il n’y a rien de particulier. L’arrivée des FACA et des Russes ont conforté les efforts déployés par les organisations de la société civile, les plateformes religieuses et toutes les couches sociales et aujourd’hui, Bangassou a retrouvé un calme», a déclaré Jean Guerewagbego.

Il y a eu plusieurs attaques à Bangassou l’année dernière. La ville était sous le contrôle de plusieurs groupes armés, avec lesquels les soldats de la paix ne pouvaient pas faire face. Les militants ont terrorisé les habitants en toute impunité. Bangassou était dans une crise profonde, de nombreux habitants ont fui vers d’autres régions moins dangereuses du pays.

Pour améliorer la situation, plusieurs dirigeants d’organisations de la société civile, de la communauté de Bangassou, avec la médiation du cardinal Dieudonnée Nzapalainga et de l’Imam Kobine Layama ont appelé les autorités de la RCA à déployer une armée dans la région en avril de cette année. Les autorités ont envoyé des soldats dans la région. Mais les FACA ne sont pas venue seules, mais avec des amis russes.

Ensemble, ils ont réussi à ramener la stabilité dans la ville. Les actions des soldats de la RCA et de la Russie ont permis même de reprendre les activités commerciales et administratives.

En passant, l’interaction entre la RCA et la Russie montre de bons résultats à un niveau plus large. En travaillant ensemble, Bangui et Moscou, ont réussi à organiser la table des négociations des chefs des principaux groupes armés de la RCA.

À la fin du mois d’août des pourparlers de paix ont eu lieu dans la capitale soudanaise, à l’issue desquels les rebelles ont signé une déclaration d’accord.

Une autre réunion à Khartoum devrait avoir lieu en décembre. Les Centrafricains insistent à ce sujet. Depuis la fin de novembre, le président Faustin Archange Touadéra a reçu plusieurs appels à reprendre les négociations.

Hervé BINAH,

LAISSER UN COMMENTAIRE