Centrafrique : La délinquance parlementaire, Laurent. Ngon Baba doit faire table rase

0

Bangui, le 07 décembre 18

On dirait que, ça gaze mal et toujours mal à l’Assemblée Nationale. Cette institution mérite un toilettage ou une intervention à fortiori de tous les saints, mais pas les saints, il se pourrait, mais du nouveau PAN Laurent Ngon Baba. Ce nettoyage serait alors salutaire pour  extirper de cette institution phare les oiseaux de mauvais augures et de tout acabit, car ramasser de partout par l’ex PAN Abdou Karim Méckasssaoua.  

A priori, de l’honneur, de l’image et de la dignité, qui leurs a été  confiées légitimement et souverainement le peuple centrafricain dans les urnes par voie démocratique, il n’en reste plus rien. Si ce n’est en retour que de la honte, du déshonneur et de l’indignité dans leurs faits et gestes de tous les jours.

Le centrafricain lambda continue de s’interroger et l’homme de la rue a pris la relève pour demander, ce que Laurent Ngon Baba attendait pour prendre une décision courageuse pour démettre du bureau de l’ Assemblée Nationale qui a été mis en place par son prédécesseur Karim, car entourés des éléments rebelles de l’UPC et autres mercenaires.

Les gens qui menèrent une politique de fourberie, de roublardise, embourbés des actions de friponnerie financière, les pratiques irrégulières de compromissions, la médiocrité, la dépravation des mœurs et de la morale qui ont servi de lits à la crise encore pendante dans cette institution, en passant par leur propension inouïe à des comportements laids et indignes de la République et du peuple centrafricain.

Ils ont préféré simplement pour leurs propres comptes et des intérêts particuliers et étrangers à la cause de la collectivité, en devenir de farouches et fervents défenseurs des seigneurs de guerre.

Ceux-là qui sont en violation permanente de la bonne marche d cette institution. Laurant Ngon Baba devrait faire de son mieux pour les écarter de lui. Paradoxalement à cette noble mission, l’assemblée nationale s’est muée en « opéra » où les théâtres épisodiques avec des turpitudes, des ignominies et des bavures non tarissables qui se succèdent.

On remarque également que la composition du bureau est hétéroclite car on y trouve des criminels, des voleurs, des anciens chefs rebelles, des repris de justice, des anciens putschistes etc…Il est dit que lorsque vous chassez le naturel, il revient au galop, Eu égard,  de ce qui précède, il va falloir que le Ngon Baba puisse les démettre pour éviter la dérive de cette institution.

Simplice YAKONO,

LAISSER UN COMMENTAIRE