Centrafrique : La Diplomatie Française en perte de vitesse

0

Bangui, le 06 décembre 18

Peut-on vraiment faire foi avec des promesses fallacieuses et intempestives de la part du patron de la Diplomatie française Jean Yves le Drain? Des engagements tenus lors d’une conférence de presse animée par cette personnalité française en prélude à sa visite en Centrafrique les mois passés ? La France à travers son ministre des affaires Etrangères cherche à se rattraper et à se redresser. Alors que cette même France dans un passé récent s’oppose mordicus à l’octroi des armes en faveur de la RCA. Cette France qui continue de soutenir dans l’ombre les groupes et seigneurs de guerre. Ce vieil ami change comme un caméléon pour demander d’aider la RCA en armes, utopie, hallucination ou réalité ! Méfiance oblige, en tout cas c’est toujours la France.

Chaque jour qui passe l’on apprend plus à notre dépend. La puissance colonisatrice ne cesse de faire le pickpocket et aussi de faire bouger l’Afrique notamment la RCA. Dans le cas d’espèce la Centrafrique en proie à une insécurité très gravissime et à une situation politique viscérale a besoin d’être pistonné, mais par qui ? Car depuis son accession à l’indépendance sur base d’une série de crise militaire politique durant trois décennies, la France est diversement tenue pour responsable. Mais cette France continue tant bien que mal de raser le mur de la France-Afrique en général et de la RCA en particulier.

L’on s’interroge si la France joue-t-elle franc jeu face au pouvoir de Bangui et surtout en cette heure grave de l’histoire du pays ? Partant de cette interrogation, nous tenteront d’élucider les propriétés sur lesquelles reposent les relations bilatérales qui lient la RCA et la République Française.

A titre de rappel après l’ère coloniale, la France par un  truchement par la fameuse « Franç-Afrique » « le néocolonialisme » a su maintenir sous l’hégémonie, sur les colonies en Afrique précisément, l’Afrique centrale où elle continue de faire la pluie et le beau temps. Alors que celle-ci ne pense que le monde ne vit pas ce que l’on appelle le changement climatique

Il faut dire que ceux qui sont au centre des exigences du 21ème siècle. La France dans le souci de faire de l’Afrique en particulier l’Afrique Centrale un socle de la pauvreté, la misère, le chômage chronique de l’Afrique et surtout non seulement un déséquilibre total sur la planète. Mais elle fait également  la honte de l’Europe et qui ont su exploiter par effusion de sang pendant plusieurs siècles les ressources de l’Afrique  tout sur le plan humain et matériel.

Car tombée dans la désuétude et l’arriération qui sont incompatible avec un monde moderne et civilisé. La France s’efforcera progressivement, mais son ombre continuera a hanté et de peser de tout son poids sur les pays colonisés par la France de Charles De-gaule conception de cette idéologie. La RCA est en train de payer le lourd tribut des tractations de néocolonialisme  et à un capitalisme démesuré.

De l’avis des centrafricains lambda, la relation entre la France et la RCA se doit dorénavant être une relation franche, équilibrée basée sur un respect mutuel entre les deux pays amis et liés dans l’histoire. Surtout dans une coopération gagnant -gagnant. Cela dit les nouvelles autorités centrafricaines doivent sortir de leur carcan de complexité face aux maîtres blancs qui continuent de nuire aux bonnes marches du pays post crise.

Les bénis Oui, Oui les a toujours guidé en faisant prévaloir l’intérêt seul de leur pays. Aussi la France est appelée à jouer franc jeu au pouvoir de Bangui. Ceci afin de leur faciliter la tâche de la mission qui leur ait confiée le peuple centrafricain pour les guider et conduire la destinée de ce  peuple meurtri.

Jacques KOSSINGOU,

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE