CENTRAFIQUE : UNIVERSITE DE BANGUI, ANECA PHAGOCYTEE PAR LA POLITIQUE

0

Bangui, le 21 sept. 18

De tout temps, l’Association Nationale des Etudiants Centrafricains (ANECA) s’est fixée pour mission la défense des intérêts matériels et moraux des étudiants centrafricains. Dans le passé, cette association s’est distinguée dans des luttes comme ce fut le cas à l’époque face aux dérives dictatoriale du feu Empereur Bokassa avec comme héros, Malabar leader estudiantin.

Il en est de même avec l’avènement du multipartisme en Centrafrique où l’ANECA a joué un rôle crucial. Malheureusement force est de constater que cette association a perdu toute sa subsistance et lutte se penche plutôt vers la politique de tube digestif.

Dans tout pays au monde les mouvements estudiantins apparaissent comme le porte flambeau de la jeunesse puisque constitués des gens éclairés. En Centrafrique, pays de paradoxe et des records négatifs comme a l’habitude de le dire le feu Me Zarambaud, cette association a perdu sa lettre de noblesse.

C’est donc avec effarement que l’on constate que le mouvement estudiantin est en train de subir une transformation pour se muer à un mouvement politique. Lequel bénéficie de soutiens de certains hommes politiques. Par calculs politiciens, certains hommes rejetés par le peuple utilisent le mouvement à d’autres fins.

C’est d’ailleurs une réalité que certains hommes politiques guidés par des ambitions morbides et malsaines n’ayant rien à voir avec des nobles sentiments patriotiques et nationalistes se démènent à récupérer les mouvements estudiantins et s’en servir comme tremplin pour se hisser au pouvoir.

Des informations concordantes corroborées par certains étudiants sur le campus universitaire indiquent qu’une coalition des étudiants en lice pour  l’élection au bureau de l’ANECA  bénéficie du soutien de certains hommes politiques. Il s’agit de la coalition de la coalition regroupant certains étudiants entre autre Aristide YANGOUPANDE, Paul SINGA etc. Ce n’est d’ailleurs un secret de polichinelle que ces derniers ont été appuyés par l’ancien Président du Conseil National de Transition Alexandre Ferdinand NGUENDET. Ce dernier par calcul politicien leur a offert des téléphones androïdes et un forte somme d’argent pour leur permettre de battre campagne. La presse avait d’ailleurs fait largement écho de cette rencontre avec cet opposant politique.

Triste réalité puisque cette coalition, bien qu’étant encore en campagne en vue de l’élection à venir se permettre de se faire acheter la conscience, qu’en sera-t-il lorsque sera élue par les étudiants au bureau de l’ANECA?  Les membres de cette coalition se laissent corrompre allègrement. Comme pour dire que la corruption est belle et bien une fatalité inhérente aux membres de l’ANECA, du moins à ceux qui aspirent à diriger l’ANECA. Preuve que certains se satisfont de l’impasse où quelque fois mène le chemin de l’existence, préférant considérer cela comme aboutissement.

Les membres de cette coalition ne cessent de racketter les hommes politiques et, certains élisent domicile chez certains hommes politique afin de les déplumer.  Guidés par l’appât de gain facile, ils s’étaient rendus chez le ministre conseiller à la Présidence de la République Claude Rameaux Bireau sous prétexte d’échanger avec lui. Malheureusement n’ayant rien reçu à leur sortie, ils feignent de rappeler pour lui faire savoir qu’ils ont été accusés par leurs compagnons les ont accusés d’avoir reçu une enveloppe qu’ils n’ont pas présenté.

Visiblement cette campagne pour l’élection du bureau de l’ANECA s’apparente à une campagne pour l’élection présidentielle puisque certains candidats, notamment le camp YANGOUPANDE s’activent dans les recherches des fonds.

De l’avis des étudiants, il est clairement établi que cette coalition YANGOUPANDE, SINGA et consort roule pour l’opposition. Puisque d’après les informations, ils ont pour mission de rendre l’université ingouvernable une fois élus au bureau de l’ANECA. Cela en référence au mouvement estudiantin d’antan qui donnait du fil à retord à certains régimes précédents.

Après avoir été chez NGUENDET, les dirigeants de cette coalition se sont rendus tour à tour chez MBOLI GOUMBA, ZANGA KOLINGBA, et certains caciques du régime. Et la dernière fois, ils ont jeté leur dévolu sur Henri Marie Dondra l’argentier du régime TOUADERA pour solliciter un soutien financier. L’on ne comprend plus ce que veulent ces jeunes étudiants trop avares. Méritent-ils enfin de défendre intérêts des étudiants d’autant plus que compromis par la politique ?

Les autorités du pays ont intérêt à se méfier de ces étudiants qui roulent pour les ennemis de la République et, les étudiants non plus ne doivent confiance à cette race des étudiants qui ont déjà vendu leur conscience.

Affaire à suivre…

Herman THEMONA,

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE