Centrafrique : Lancement ce jeudi 2 Aout par le CNLS et l’ONUSIDA d’ un atelier d’examen de la mise en œuvre du plan de rattrapage pour accélérer l’accès au traitement ARV en RCA

0

Bangui, le 02 aout 18

L’annonce de cette nouvelle a été faite le mardi 31 Juillet 2018, lors d’une conférence de presse qu’a donné  Docteur Wilfried Sylvain NAMBEÏ Ministre Coordonnateur du Comité National de lutte contre la Sida (CNLS).

Le Coordonnateur du Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) était assisté au cours de cette conférence de presse par le Docteur Patrick EBA Représentant/Résident de l’ONUSIDA en Centrafrique.  Ces responsables desdites institutions ont annoncé la tenue à partir de ce jeudi 02 Aout 2018, d’un Atelier d’examen de la mise en œuvre du plan de rattrapage pour accélérer l’accès au traitement des personnes vivant avec le VIH sous Antirétroviral (ARV) en République Centrafricaine.

Dans son propos introductif,  le Docteur Patrice EBA a clairement signifié aux professionnels des médias que  « La situation de l’épidémie du VIH/SIDA en République Centrafricaine contrairement a ce que l’on peut croire, le nombre des personnes sous traitement antirétroviral a l’heure actuelle,  ce  chiffre des personnes sous ARV est en croissance et de nombreuses personnes restent encore  privées de l’accès aux traitements et parmi les régions du monde auxquels les gens ont plus des difficultés aux traitements figure l’Afrique de l’Ouest et du Centre ».

Il a par ailleurs mis un accent particulier sur la nécessité d’accélérer des efforts visant à mettre fin au Sida d’ici 2030, car il a été constaté que malgré les progrès réalisés dans la réponse au VIH au niveau mondial, l’Afrique de l’Ouest et du Centre accuse un retard important. Des nombreuses personnes attendent le traitement sous antirétroviral. Toutefois le Conférencier n’a pas manqué de souligner que pour relancer les efforts contre l’épidémie de VIH, l’Union Africaine sous l’impulsion de l’ONUSIDA et de ses partenaires a lancé un plan régional de rattrapage qui appelle les Etats de la région à accélérer la réponse au VIH. Et La République Centrafricaine fait partie des huit pays ayant répondu à cet appel à travers l’adoption d’un plan national de rattrapage » a-t-il-martelé.

                        8000 Personnes sont infectées chaque année du VIH en RCA

Pour sa part, M. Wilfried Sylvain NAMBEÏ  Coordonateur du CNLS a saisi l’opportunité et n’a pas manqué de tabler sur la nécessité de doubler des efforts en vue de réduire la tendance actuelle, de tant plus qu’en dépit des efforts des acteurs de la réponse au VIH en République Centrafricaine, le nombre des personnes vivant avec le VIH est  encore estimé à 120.000 et seulement 32% de ces personnes séropositives ont accès aux traitements ARV et que chaque année au moins 8000 personnes sont infectées chaque année du VIH en République Centrafricaine.

Il a en outre indiqué que les populations clés qui présentent des prévalences les plus élevées que celles de la population générale avec un taux de  9,1%  se trouve chez les professionnels du sexe et 28,6% chez les autres sujets. Soulignons au passage, qu’au cours de cette conférence de presse les professionnels des médias ont saisi de l’occasion pour remettre sur la table la problématique de la prise en charge des personnes vivant avec le  VIH et qui sont perdues de vues après la récurrente crise militaro-politique, et sur les grandes décisions prises à l’issue de la conférence  d’Amsterdam en Hollande sur le VIH/ SIDA. Pour la gouverne de nos lecteurs, l’Atelier de ce 2 Aout 2018 est organisé conjointement par le Conseil National de Lutte contre le VIH/SIDA, le ministère de la santé et de la population et l’ONUSIDA. L’objectif général vise à identifier les progrès et les difficultés dans la mise en œuvre du plan de rattrapage de 2017 à juillet 2018 et déterminer un cadre d’interventions urgentes de juillet 2018 à décembre 2018 avec de cibles précises. La durée des travaux de cet Atelier est de deux (2) jours et se tiendront à l’Hôtel Oubangui.

Bienvenu ANDALLA,

LAISSER UN COMMENTAIRE