Centrafrique : Qui a encore instrumentalisé des jeunes pour saccager le local du CNJ ?

0

Bangui, le 30 juil. 18

Les locaux du Conseil National de la Jeunesse centrafricaine  (CNJ-CA) ont  encore été  pris d’assaut le jeudi 26 Juillet 2018 mais cette fois-ci ces locaux ont fait l’objet de dévastation  par un groupuscule des jeunes des Organisations de la jeunesse du pays.

Il a fallu l’intervention robuste des éléments des forces de défense et de sécurité Intérieures de la police nationale(FDSI)  pour maîtriser cette situation et mettre en déroute les  manifestants. Ces derniers revendiquent de-facto l’organisation des élections pour les nouveaux  membres du bureau de ladite institution.

Il faudrait préciser que, c’est depuis belle lurette que le torchon brûle entre le collectif des jeunes du pays et tous les membres de l’ancien staff  de l’organe dirigeante du Conseil national de la jeunesse centrafricaine (CNJCA) au sujet de la mise en place d’un comité hadock en vue  d’organiser les élections des nouveaux responsables de ladite plate-forme.

L’actuel  SG du Conseil national de la Jeunesse M. Yannick  ANDJIDA  revient sur les motifs de cet incident en ces termes.  « C’est suite à une décision arbitraire prise par le président du conseil national de la jeunesse centrafricaine qui n’a pas su voir l’urgence de l’heure et qui par cette décision a voulu perturbé la quiétude parmi les milieux jeunes. Après une réunion tenue le mardi 24 juillet dernier, il était question de décider parce que des jeunes ont manifesté devant le siège du conseil national de la jeunesse demandant a ce qu’un comité d’organisation des élections soit mis en place pour que le bureau continu de gérer les affaire courantes et qu’il puisse de façon statutaire lancer l’organisation des élections au niveau des arrondissements de Bangui »a-t-il-lâché. Et d’y ajouter «  A la grande surprise générale tout en sachant que dans l’actuel bureau, il y’a des tendances, nous sommes ses plus proches collaborateurs et nous lui avons recommandé que cette décision prise pour la nomination des jeunes à des postes de responsabilités n’est pas une urgence parce qu’il y’a encore des dossiers urgents à gérer ».  Il a par ailleurs poursuivi ses propos en soulignant que si cette décision n’est pas abrogée, les manifestants maintiendront leur pression.

Pour  Melle Pamela DEROM Vice-présidente du Conseil national de la Jeunesse « Il est temps que les jeunes affichent un comportement responsable, car l’incident de ce matin n’est qu’une pure machination autrement dit une instrumentalisation car, l’ensemble des membres du CNJ sont déterminés a organisé le plus rapidement possible, les élections pour désigner les nouveaux responsables de ladite institution mais, les textes statutaires ont prévu que la tenue de ces échéances électorales ne  doivent  avoir lieu qu’au mois de décembre prochain » martèle-t-elle.  Même son de cloche du côté  du président sortant Francis Huguet MONGOMBE qui dans une communication aux jeunes à réitérer l’engagement des autorités du ministère de la Promotion de la jeunesse et de son institution a la mis en place un comité d’organisation des élections pour les nouveaux leaders.

Mais d’ores et déjà, la question que l’on se pose est celle de savoir qui est derrière l’instrumentalisation des jeunes qui ont saccagé les locaux qui abrite le bureau du Conseil national de la jeunesse ? « Une jeunesse manipulée est une jeunesse irresponsable » dit-on.

Alors que la RCA  connait depuis plus de trois décennies des séries de crises militaro-politique récurrentes ayant des conséquences néfastes incalculables sur la jeunesse du pays. Il est temps que le Gouvernement et les partenaires au développement se mettent  ensemble en vue de créer les conditions favorables au plein épanouissement de la jeunesse du pays.

Il revient aux jeunes centrafricains de comprendre que l’avenir du pays leur appartient d’où nécessité de privilégier la voie du dialogue pour régler leurs différends.

Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE