RCA : La Société TRADEX-Centrafrique fermée à propos des arriérés municipaux d’un montant de 3 Millions FCFA.

0

Bangui, le 26 juil. 18

C’est au moment où nous mettons sous presse, que cette nouvelle vient de nous parvenir. La société de commercialisation des produits pétroliers TRADEX Centrafrique au finish a été fermée le mardi 24 Juillet  2018.

 Il faudrait préciser que l’annonce de cette nouvelle a été faite le 24 Juillet par les autorités de la municipalité de Bangui lors d’un point de presse. Ces derniers exigent de-facto le règlement  direct  de la somme de 3 Millions de FCFA qui représentent les arriérés de l’entreprise TRADEX à la municipalité de Bangui. Cette situation va encore, mettre en mal les données de l’heure, surtout dans le domaine de la distribution des produits pétroliers dans les stations et les points de ventes dans la ville de Bangui et celles des localités d’arrière-pays que  l’entreprise TRADEX desserve fréquemment.

L’on se souviendra qu’au fort moment de la crise ladite structure a fait des efforts considérables pour desservir certaines localités du pays en carburant et autre produits pétroliers. Faut-il noter que dans la même ligne d’ordres d’idées, la semaine dernière,  l’entreprise KDM a également réclamé la bagatelle somme de 20 Millions de FCFA à la société de téléphonie mobile MOOV-Centrafrique. Selon le directeur de ladite structure M. Mamadou Koné, « le contrat signé entre les deux sociétés à savoir MOOV-Centrafrique et KDM s’est vite dégénéré en contentieux à cause des irrégularités constatées ». Soulignons au passage, que présentement les autorités de la municipalité de Bangui sont résolument déterminées à prendre les taureaux par les cornes pour le recouvrement des arriérés de ladite institution.

Le centrafricain lambda s’interroge pour savoir si ce n’est un fait exprès de la part de Tradex qui pourtant est une société qui brasse des dizaines de millions et qui refuse délibérément de payer une maudite somme de trois (3) millions à la municipalité ?

Hervé BINAH,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE