Centrafrique : La population de Kémbé dans la terreur à cause l’UPC de Ali Darass

0

Bangui, le 25 juillet 18

 Depuis le déclenchement des  affrontements  entre les groupes armés à savoir, les éléments de l’UPC et les auto- défenses, dans la ville de Kémbé  située au Sud-est de la République centrafricaine, la situation sécuritaire et humanitaire va de mal en pis. Cette ville  est en proie  à  des exactions de tout genre et  autres formes des violences quasi quotidiennes. La population  civile est abandonnée à son triste sort. 

Selon  le témoignage d’un habitant de ladite localité : «   Les populations  de la ville de Kémbé sont victimes d’une manière quotidiennement des exactions  de tout genre et autres formes  de violences  de la part de ces groupes armés qui sévissent dans cette localité.  Il ne se passe pas un jour  sans qu’on  puisse  constater  des cas d’agressions physiques sur les populations civiles, des agressions sexuelles sur des filles, des actes  des braquages à main armées sans oublier les cas des tueries des populations innocentes. »

Face à ces actes cruels et inhumains,  la population ne peut pas supporter, les atrocités dans la ville, certains habitants   sont obligés de  se mettre à l’abri des criminels en se refugiant  dans la brousse.

La population de cette ville, lance un vibrant appel au gouvernement pour leur envoyer urgemment des éléments des Forces Armées Centrafricaines (FACA)  afin de les protéger et  sécuriser  leur localité.

Signalons que, c’est depuis trois (3) ans que ces groupes armés ont envahi cette localité. Ils sèment la  terreur et la désolation au sein de la population, ils règnent en maîtres absolus des lieux en dictant leur loi sur la population sans être inquiétés  un seul instant. Ces exactions se passent souvent sous la barbe  des éléments de la Minusca qui font des patrouilles dans les localités de  Dimbi et Kembé.

Il faut noter que,  cette population est victime au quotidien des pires exactions de ces groupes armés qui s’en prennent violemment et en toute impunité  aux exactions  envers les  pauvres  paysans, de cette partie du pays.

Il est temps que les autorités du pays  prennent des décisions  urgentes en mettant à la disposition de cette population un bataillon  des éléments de forces armées centrafricaines  FACA,  à l’exemple  de certaines villes de l’intérieur comme Paoua, Sibut et Bangassou.

Hervé BINAH,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE