Centrafrique : Kaga-Bandoro mis en coupe réglée par les hommes du FPRC sous l’observation complice de la Minusca

0

Bangui, le 24 juil. 18

C’est presque une vie d’enfer que mènent les populations de la ville de Kaga-Bandoro qui subissent au quotidien des pires exactions des éléments de la fraction séléka du FPRC d’Abdoulaye HISSEN qui s’en prennent violemment et en toute quiétude aux pauvres civils au vu et au su des éléments de la Minusca qui sont basés dans cette localité.

Selon plusieurs témoignages des habitants de cette ville du Centre-nord de la RCA, il ne passe pas un seul jour pour qu’on assiste à un cas d’exaction cruelle exercé par élément séléka sur un ou plusieurs civils. Et ces actes qui sont généralement marqués par des braquages à mains armées et des tueries ignobles et gratuites perpétrées sur la population civile qui est prise complètement en otage.

Les mêmes sources indiquent que toutes les sorties personnes qui sont sur les sites des déplacés est synonyme de se voir donner la mort par les sélaka qui rôdent tout au tour de ces sites en quête d’une éventuelle proie. Pis encore pour certains habitants qui exercent le petit commerce qui constituent les cibles privilégiées des hommes armés du FPRC.

De nos investigations, il ressort que ces éléments séléka qui règnent en grands maîtres dans cette partie du pays sont des mercenaires tchadiens qu’Abdoulaye avait fait venir au mois d’avril dernier avec le concours d’Alkathim lors de l’ Assemblée générale de toutes les factions séléka qui avait comme principal point à l’ordre du jour la marche sur Bangui et qui avait accouché d’une souris.

Mécontents de la perception de la prime promise par ceux-là qui les ont fait venir en RCA, ces mercenaires se paiement désormais sur le dos de la population civile qui se trouve dans les localités sous contrôle du FPRC.

L’on se demande à quand la fin du calvaire des populations civiles centrafricaines qui sont considérées comme des laisser pour compte et exposées à la gueule du lion qui n’est autre que les barbares et mercenaires de la séléka.

Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE