Centrafrique: La jeunesse exprime son, ras-le-bol à propos de l’Organisation des élections des nouveaux membres du Conseil de la Jeunesse (CNJ)

0

Bangui, le 18 juillet 18

L’esplanade des locaux du ministère de la Jeunesse et des sports et du Conseil National de la Jeunesse (CNJ) au complexe sportif 20.000 Places a été prise d’assaut, hier lundi 16 Juillet 2018, par un groupe des jeunes des arrondissements de Bangui.

Ces  derniers ont décidé de passer à la vitesse supérieure pour exprimer leur ras-le-bol et de dénoncer d’une manière énergique  l’immobilisme du pouvoir en place et en l’occurrence du Chef du  Département en charge  de la promotion de la Jeunesse et des Sports par rapport à l’organisation des élections des nouveaux  membres du Conseil National de la Jeunesse (CNJ).

Dans son mot de circonstance, l’un des manifestants qui préfère l’anonymat  a déclaré à la presse « qu’il y’a de cela plusieurs mois que le mandat des leaders du CNJ est expiré et que le département de tutelle devait en principe prendre les taureaux par les cornes en vue de mettre sur pied un Comité d’organisation des élections des nouveaux membres de cette institution au service de la jeunesse du pays ».

Il a en outre dénoncé la manigance des autorités en charge de la jeunesse qui ont maintenu de gré les anciens membres du bureau du CNJ et le favoritisme accordé à certains responsables des comités locaux du CNJ qui ne répondent pas aux critères fixés par les textes en vigueur. Il a également saisi l’occasion pour lancer un vibrant appel pour que cette situation soit le plus rapidement décantée.

Même son de cloche du côté d’un autre leader de la Jeunesse du 4e arrondissement  M. Mambissi Sierra Maurice qui  a dévoilé son identité  et n’a pas hésité un seul instant à taper sur cette sordide  affaire en ces termes « L’objectif de cette manifestation est pour défendre nos droits et exiger au ministre de la jeunesse et sport de mettre dans un bref délai, un Comité légitime d’organisation des élections du CNJ. Même si des élections ont été déjà organisées dans les 8e arrondissements, il reste aussi les autres arrondissements de la capitale »a-t-il-martelé. Et d’y ajouter « Malgré les multiples correspondances adressées au Chef dudit département aucune réponse favorable n’a été obtenue ».

 Voilà encore un danger qui menace l’avenir de la jeune démocratie centrafricaine. Si de nos jours, la jeunesse qui est censée prendre le relais de l’actuelle génération n’accepte pas la transparence et ce que l’on appelle l’alternance, l’on craint fort que la RCA recule de plus de cinquante (50) ans en arrière avec l’accession de cette jeunesse au pouvoir avec les idéaux tant clamé par le Chef de l’Etat Faustin Archange TOUADERA qui a lancé des chantiers énormes pour la jeunesse du pays.

  Il faudrait préciser que, le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) qui est  une institution censée représenter et défendre les droits de la jeunesse centrafricaine au niveau national et international devrait servir de modèle dans l’exercice de la démocratie comme cela en est pour les autres organisations sœurs qu’on retrouve au Sénégal, au Mali, Gabon, Tchad  et ailleurs.

Pour l’instant, le président du CNJ  Francis Huguet MONGOMBE  justifie  cette situation par le manque  de financement nécessaire à l’organisation de cette  assemblée générale élective.

Hervé BINAH,

LAISSER UN COMMENTAIRE