Centrafrique : Le Ministre Gaby- Francky LEFFA donne un éclairage sur les réalisations et les difficultés de son du Département de l’Urbanisme, de la ville et de l’Habitat

0

Bangui, le 13 juil. 18

Gaby-Francky LEFFA Ministre de l’Urbanisme de la ville et de l’Habitat

Dans une interview accordée à la Rédaction, le Ministre Gaby- Francky LEFFA qui se fonde sur la vision des Présidents BOGANDA et BOKASSA qui sont guidés par le sens du nationalisme, pour remplir sa mission à la tête du Département de l’Urbanisme, de la Ville et de l’Habitat, s’est prêté aux questions du Journal LE POTENTIEL autour des réalisations, des perspectives et des difficultés de son Département.

Nous nous invitons ci-dessous à l’intégralité de cette interview

(Le Potentiel Centrafricain) : M. le Ministre, l’actualité oblige, vous sortez d’un important atelier de renommé internationale qui s’est tenu à Bangui avec CERGY, Que peut-on retenir des résultats de cet atelier?

(Gaby-Francky LEFFA) : Après son élection à la Magistrature suprême de l’Etat, le Président de la République a fait du sujet de l’urbanisation de la ville de Bangui, une de ses préoccupations. Ainsi il m’a été instruit dans ma lettre de mission de rechercher des solutions à cette épineuse question de l’urbanisation de la ville de Bangui.

Ceci étant, nous avons entrepris depuis deux ans, des discussions avec les Ateliers de CERGY dont le Responsable est un ancien Ministre français des logements qui ont abouti à l’organisation à Bangui de l’atelier de dix (10) jours qui a regroupé les Experts en la matière venus de tous les horizons du monde.

Les résultats de cet atelier nous ont permis de disposer de grandes lignes, de grandes orientations pouvant nous permettre de voir claire dans la reconstruction de la ville de Bangui afin de donner à notre ville une image des villes modernes.

(LPC) : Monsieur le Ministre Si l’on vous pose la question pour savoir vos réalisations au Département de l’Urbanisme durant ce premier semestre 2018  du Département d d’Etat, que répondez-vous ?

(GFL) : Notre Département est un Département technique donc, c’est les résultats qui parlent et je n’ai pas besoin de parler autour de nos réalisations pour ne pas donner l’impression au public que nous sommes en train de faire notre propre publicité. Je vous invite tout simplement à regarder et à palper du doigt, les réalisations de notre Département pour vous permettre de faire une appréciation objective du travail qui est abattu par l’ensemble de l’équipe du Ministère en charge de l’Urbanisme, de la ville et de l’Habitat.

(LPC) : Dites-nous, en quelques mots vos projets ou encore vos perspectives à court et moyen terme pour le développement de votre Département.

(GFL) : Avec le contexte actuel que connaît notre pays je vous dis

que tout est urgent. Nous avons des projets mais tout est urgent et on essaie de gérer les urgences. Le Directeur de la Banque de l’Habitat était venu à Bangui, il a été reçu par le Chef de l’Etat et le Premier Ministre. Alors, il nous faut faire le suivi de ce dossier donc il me faut aller vers lui pour finaliser ce dossier et ça aussi c’est une urgence.

(LPC) : Monsieur le Ministre, où sommes-nous avec le projet des 100 Logements et tout ce se dit autour des parcelles dans le 7ème Arrondissement et la Cité Christophe ?

  (GFL) : En ce concerne les 100 logements, les travaux sont à 90% de réalisation mais c’est nos entreprises nationales qui retardent le décaissement de la dernière tranche pouvant permettre la finition des travaux. A ce jour, seule une entreprise a fini entièrement ses travaux alors que d’autres traînent encore le pas et face à cette situation qui commence à être décriée par le public nous sommes obligés de prendre la mesure qui est celle de résilier les contrats de ces entreprises afin de faire aboutir très rapidement ce projet.

Pour ce qui des parcelles qui font l’objet des supputations dans le 7ème arrondissement, où certaines mauvaises langues racontent que le Ministre LEFFA veut vendre la parcelle d’autrui, tout ça, c’est faux car je veux juste que les choses se passent selon la règle de l’art où les occupants traditionnels ne doivent pas être lésés.

Tout ce que nous faisons ici c’est pour notre pays et non pour nos intérêts égoïstes et c’est par rapport à la politique du chef de l’Etat et de notre lettre de mission.

(LPC) : Monsieur le Ministre quelles sont vos difficultés et comment entendez-vous les juguler ?

(GFL) : Les difficultés ne manquent jamais et il y’en a partout. Mais, je suis un père de famille je ne dis pas qu’il y’a des difficultés car nous enregistrons des résultats significatifs et nous avançons très positivement et j’ai la ferme conviction que notre Département va contribuer efficacement à l’œuvre du relèvement de notre pays.

Je vous remercie

Propos recueillie par Hervé BINAH,

LAISSER UN COMMENTAIRE