Centrafrique : Le Gouvernement SARANDJI II adopte un Plan de lutte et de prévention contre la Haine et les violences

0

Bangui, le 03 juillet

Le Premier Ministre Simplice Mathieu SARANDJI  a clôturé  le samedi dernier 30 Juin 2018, dans salle de conférence de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), les travaux de  la campagne  pour la prévention  des violences et les propos haineux dans le pays.

Au cours de cette cérémonie, le Chef du Gouvernement a officiellement  réceptionné entre les mains de M. José Richard POUAMBI Président du Haut Conseil de la Communication (HCC), les documents du Plan de prévention de lutte contre la Haine et les violences. Ce recueil  a été confectionné par ladite institution au service de régulation des médias.

Cet événement s’est déroulé en présence de l’Honorable. Symphorien  MAPENZI  1er Vice-président  de l’Assemblée Nationale, M. Parfait ONANGA ANYANGA  Représentant  Spécial  du Secrétaire Général des Nations-Unis en Centrafrique Chef de la MINUSCA, des Représentants des partis-politique, des Médias, des Organisations de la Société Civile du pays, les membres de la Division des Droits de l’Homme de la MINUSCA.

Trois allocutions ont marqué la présente cérémonie. En prenant  la parole, le  Représentant Spécial du SG des Nations-Unies Parfait ONANGA     ANYANGA , a  dans un premier temps, condamné  fermement l’assassinat odieux du Vicaire Général du diocèse de Bambari l’Abbé Firmin GBAGOUA et a promis mettre sous les verrous les auteurs de cette tuerie qui doivent être appréhendés.

Il a par ailleurs réitéré l’engagement de son institution en indiquant que :  « Les Nations-Unies sont heureux de prendre part à cette campagne de prévention des violences et d’incitation à la haine. Une campagne contre la haine et la violence s’imposait et c’est désormais chose faite »a-t-il souligné. Et d’y ajouter que : « Cette campagne est notre volonté d’agir ensemble sur des réponses concertées contre les multiples appels a la haine à la violence et contre toutes formes de discriminations ».  Toutefois, le SG des Nations-Unies n’a pas manqué de tabler sur  la reconnaissance de ce fléau qui est généralement catalysé  par des discours haineux  et  qui  sont  encore néfaste dans le pays, ensuite il a salué  la large participation de tous les acteurs de la Société Civile et les institutions nationales qui ont pris  unanimement  conscience et de la pertinence des engagements et des recommandations qui visent  désormais à s’attaquer profondément aux causes du mal dans le pays . Il a en outre lancé un vibrant appel pour la vulgarisation de ce document de travail.

Le Président du Haut Conseil de la Communication José Richard POUAMBI  a  quant lui mis l’accent sur les bienfaits de cette campagne.  Pour le Président du HCC, la  campagne qui a été  menée avec abnégation est l’aboutissement d’un long processus et des préoccupations du peuple centrafricain. Depuis plus de deux décennies la RCA  est confrontée à d’énormes difficultés de message social  entre les communautés. Ces crises a-t-il précisé sont le plus souvent entretenue par des discours haineux et d’incitation à la haine entre les communautés.

Dans sa recommandation relative aux messages de haines, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale avait souligné entre autres, que les discours de haine conduisent à des violations  massives des droits de l’Homme et il par ailleurs, fait observé que ces haines peuvent non seulement provenir des groupes de personnes et relayés par le biais des médias. Il a rappelé la mission de son institution dans la régulation des médias du pays qui doit mettre le cap résolument vers  la vérification des contenus des informations médiatiques qui souffrent de carence en matière pénale.

Le Premier Ministre a quant lui, fait d’abord observé à l’assistance, une minute de silence en mémoire du Vicaire général du diocèse de Bambari l’Abbé Firmin GBAGOUA, assassiné froidement par les criminels de l’UPC d’Ali DARRASS . Il  a par  la suite sommé les participants de tout faire pour que ce plan soit vulgarisé dans le pays et que les concitoyens et les médias mettent en pratique les grandes lignes  de ce recueil pour que la  population puisse se prémunir contre les propos de  Haine et  de la violence.

Notons que cette campagne s’est déroulée du 12 au 30 Juin 2018.

Jacques KOSSINGOU,

LAISSER UN COMMENTAIRE