Centrafrique : Pourquoi tout cet acharnement des médias français contre les autorités de Bangui

0

Bangui, le 22 juin 2018

Saisissant l’affaire de la star de tennis Boris Becker auteur des actes de faux usage de faux et d’usurpation de titre, pour le fait que ce dernier confronté à une affaire judiciaire à Londres a brandi un faux passeport diplomatique centrafricain et se réclamant d’une nomination par l’Autorité nationale à un poste diplomatique, les médias français se lance ces derniers jours dans ce que l’on qualifie d’acharnement de campagne de dénigrement à l’endroit des autorités de Bangui.

Pour preuve dans l’une des publications de ces médias Français il est écrit la République centrafricaine est qualifiée de « royaume des flibustiers des affaires ». N’est pas là une injure contre les autorités nationales et l’ensemble du peuple centrafricain ?

Dans le même article, il est fait mention de certaines personnalités étrangères qui ont été nommées dans le passé par les anciens présidents Patassé et Bozizé. Aussi, le nom de Valerie Zakarov, l’actuel Conseiller en matière de sécurité à présidence centrafricaine est cité pour sa nationalité russe.

L’on comprend aisément que c’est la nomination Valerie Zakarov à ce poste de Conseiller en matière de sécurité à la présidence de la république qui est à l’origine de tout cet acharnement car ce n’est un secret pour personne en Centrafrique de savoir que depuis l’arrivée des soldats russes dans ce pays la France a activé tous ces réseaux dont les médias pour mettre en difficulté les autorités nationales.

Ce qui est aussi vraie, c’est qu’il n’existe aucun pays au monde qui peut se prévaloir ne pas disposer des personnes ressources étrangères dans son appareil étatique. Le cas des Etats unis première puissance mondiale qui compte dans son appareil sécuritaire des juifs n’a point besoin à être démontré.

Ceci étant et vu contexte de la crise que traverse la RCA, le recours à des personnes ressources extérieures dans le cadre sécuritaire ne peut qu’être salutaire et pour la protection des institutions et de la population toute entière.

Herman THEMONA,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE