Centrafrique : L’Initiative 5% renforce les capacités des techniciens de laboratoire des différentes structures sanitaires de Bangui

0

Bangui, le 16 juin 18

Une vue de la salle

L’Institut Pasteur de Bangui sert depuis lundi dernier 11 juin 2018, de cadre à un atelier de formation organisé par l’ONG française dénommée Initiative 5% dans le cadre du renforcement des capacités des techniciens de laboratoire des différentes formations sanitaires de Bangui. Cette formation s’étendra dans les mois à venir aux techniciens de laboratoire qui travaillent dans les localités de l’intérieur du pays. Ainsi Initiative 5% a convié le mercredi dernier 13 juin 2018, les médias nationaux à une séance d’information sur ses activités en RCA dont l’actuel atelier de formation qui est en cours.

Voici ci-dessous un communiqué y relatif. 

Intervention d’Amanda Munoz, chargée de projets Initiative 5% au Département Santé d’Expertise France – 13 juin 2018 – Bangui

La France s’est engagée aux côtés de la communauté internationale à éliminer les pandémies de VIH/sida, tuberculose et paludisme d’ici 2030. Elle est le 2ème contributeur historique au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, avec une contribution totale de 4,5 milliards de dollars US depuis 2002.

L’Initiative 5%, lancée en 2011, est la 2ème modalité de la contribution française au Fonds mondial : elle apporte une expertise, notamment francophone, aux pays éligibles afin de les appuyer dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes du Fonds mondial. Ce dispositif d’assistance technique est mise en œuvre par une équipe dédiée au sein du département santé d’Expertise France et se décline en deux modalités complémentaires :

 Un canal « court terme » qui permet de mobiliser rapidement une expertise technique de haut niveau, pour des activités de renforcement de capacités en direction des institutions publiques ou des organisations de la société civile, ou encore afin de faciliter certaines étapes liées à l’obtention ou à la mise en œuvre des subventions du Fonds mondial.

Depuis 2012, l’Initiative 5% a mis en œuvre en République centrafricaine 12 missions d’appui auprès du Programme national de lutte contre la tuberculose, du CCM et du Comité national de lutte contre le sida (CNLS), pour un budget total de 545 000 euros et 743 jours d’expertise prestés.

Un canal « long terme », qui via deux appels à projets annuels a pour objectif de financer des interventions de 2 à 3 ans, sur des thématiques définies comme prioritaires pour renforcer la conception, la mise en oeuvre et le suivi des subventions du Fonds mondial.

 L’Initiative 5% finance actuellement un projet visant à redynamiser l’offre de formation paramédicale à Bangui et à appuyer la décentralisation de la formation dans la préfecture de la Mambéré Kadei. Ce projet est porté par la Croix Rouge Française, en partenariat avec l’Institut Universitaire de Formation Paramédicale de Bangui de la Croix-Rouge centrafricaine (IUFP) et l’Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale Croix-Rouge française de Haute Normandie et de Picardie (IRFSS)

Aujourd’hui, nous sommes réunis pour le lancement d’une mission d’assistance technique auprès du Laboratoire National de Biologie Clinique et de Santé Publique de Bangui, qui a sollicité l’appui de l’Initiative 5% afin de renforcer les capacités des Techniciens Supérieurs de Laboratoire (TSL). Ce besoin en renforcement des capacités des techniciens TSL pour les examens essentiels, en particulier ceux relatifs au diagnostic et pour le suivi de traitement des patients, a été identifié suite à une mission effectuée par l’association Internationale des Technologistes Biomédicaux (ASSITEB BIORIF) en avril 2017.

L’objectif de l’appui fourni par l’Initiative 5% est de remettre à niveau les techniciens sur la prévention, la détection précoce, la prise en charge optimale et le suivi de traitement des patients atteints de VIH/sida, tuberculose ou paludisme ainsi que d’autres affections graves ou contagieuses associées. La première session de formation s’est déroulée du 11 au 15 juin à l’Institut Pasteur de Bangui. A l’issue de cette assistance technique, qui devrait s’achever en novembre 2018, 100 techniciens seront mis à niveau pour la fiabilité des examens dans un contexte épidémique de VIH/sida, de tuberculose ou de paludisme, grâce à la mise en place d’une formation continue de qualité adaptée aux réalités et aux demandes du pays.

Cette formation de 100 techniciens de laboratoire de Bangui et de toutes les préfectures du pays, comprendra :

– trois sessions en présentiel, séparées de 3 mois,

– des actions de suivi dans le temps afin d’assurer la pérennisation.

La première session, qui vient de démarrer à l’Institut Pasteur de Bangui, a pour objectif d’améliorer la qualité des examens essentiels réalisés au laboratoire de biologie médicale, qu’ils soient manuels ou automatisés, et ainsi de donner confiance aux patients et prescripteurs dans les résultats fournis. Afin de répondre aux attentes des techniciens, les formations au cours de ces deux sessions seront essentiellement pratiques : pour chaque stagiaire, 2/3 du temps de la formation sera consacré à la réalisation d’analyses au laboratoire.

Grâce à l’appui logistique et financier d’Expertise France et l’apport de matériels et de réactifs par des partenaires d’ASSITEB-BIORIF, cette mission devrait permettre d’améliorer le système de management de la qualité des laboratoires, d’assurer une bonne gestion des déchets tant chimiques que biologiques afin d’éviter la contamination des sols et/ou des nappes phréatiques, et d’amorcer la démarche pour la mise en place de laboratoires de référence et de contrôle.

En outre, les techniciens formés bénéficieront d’apports en termes de compétences scientifiques et techniques, tant sur le plan du savoir-faire en microscopie que de la qualité des prélèvements, des techniques manuelles d’analyse, des tests de diagnostics rapides, des opérations de vérification des valeurs obtenues et du transfert sécuritaire des échantillons biologiques en respectant les conditions internationales exigées de sécurité et de qualité.

LAISSER UN COMMENTAIRE