Centrafrique : Climat délétère d’un affrontement entre FACA et les fractions séléka unifiées

    0

    Bangui, le 14 juin 18

    A voir de près les renforts armés qui arrivent de part et d’autres dans la ville de Bambari à la suite des violents combats qui ont opposé le dimanche dernier 10 juin 2018, les Forces Armées Centrafricaines (FACA) aux éléments rebelles UPC d’Ali NDARRASS, il ne fait aucun doute qu’un affrontement armé se pointe déjà à l’horizon.

    En effet, et selon les informations à notre possession, les fractions séléka les plus radicales notamment le FPRC de Nourredine Adam et le MPC d’Alkatim digèrent très mal la cuisante défaite infligée par les FACA aux éléments de l’UPC d’Ali NDARRASS à Bambari. C’est ainsi que ces derniers ont pris la décision de dépêcher des éléments en renfort à ceux de l’UPC pour lancer une attaque revancharde.

    « Si on laisse les FACA occupé le terrain à Bambari, les prochains tours vont concerner les autres localités qui sont sous notre contrôle » a indiqué un proche de Nourredine qui a précisé que « Il va avoir un renfort d’environ un millier d’hommes aux côtés des éléments UPC avant le déclenchement de l’assaut de la reconquête de la ville de Bambari »

    De ce qui précède, l’on ne peut douter de la détermination des fractions séléka dirigées par Nourredine, Alkatim et NDARRASS qui sont toujours prêtes à taire leurs divergences pour constituer un bloc qui leur permet de continuer à contrôler une bonne partie du territoire et de jouir allègement des riches minières et fiscales. Et c’est ainsi que l’on assiste depuis quelques jours plusieurs mouvements des éléments sélaka en direction de Bambari.

    L’on apprend que les FACA ne sont pas restées bras croisés face à cette menace des éléments séléka et des renforts des forces régulières sont également arrivés à Bambari mais ce que le centrafricain lambda attend c’est quoi concrètement ?

    Pour ce centrafricain lambda, il est question que les FACA appuyées par les forces internationales fassent ce que l’on appelle un nettoyage à sec sur toutes les positions tenues par ces éléments séléka à Bambari et que cette même opération se poursuive dans toutes les localités de l’Est et du Nord-Est pour terminer dans les régions du Nord et Nord-Ouest.

    Cette fois-ci, il ne faudrait pas faire comme cela a été pour l’opération dénommée « Soukoula» qui consistait à une équipe mixte Forces intérieures et Minusca de désarmer les fauteurs de troubles au KM5 mais qui malheureusement avait accouché d’une souris pour le simple fait que juste quelques heures seulement qui ont suivies le lancement de cette opération dans le secteur du KM5, l’équipe mixte s’est retirée et abandonné le terrain à l’ennemis exposant ainsi les vies des populations civiles.

    Tout ceci prouve à suffisance qu’en cas du retrait des FACA à Bambari, la vie des milliers des populations civiles qui ont trouvé refuge sur les déférents sites des déplacés sera dangereusement exposée aux représailles des séléka qui sont décidés à se venger.

    Les dernières nouvelles font état de ce que les Forces armées centrafricaines sont déterminées à bouter hors de Bambari les rebelles de la séléka et ils entendent nettoyer les autres régions tenues par les groupes armés après l’opération de Bambari .

    Hervé BINAH,