Centrafrique : Les forces spéciales portugaises envisage leur prochaine opération « Nettoyage » contre les terroristes du PK5

1

Bangui, le 05 juin 18

De sources dignes de foi les forces spéciales du Portugal envisagent déjà de lancer leur opération dénommée « Nettoyage » qu’elles ont mis en exécution récemment à Bambari dans le secteur du PK5 par ce que « Trop c’est trop » et il est temps de rétablir la sécurité et la paix dans cette partie de la capitale.

 En effet, il a fallu une intervention musclée des forces spéciales portugaises pour mettre hors de nuire les éléments de l’UPC qui étaient massivement et lourdement positionnés dans la ville de Bambari dans le seul but de massacrer les populations civiles. Face à une tentative de résistance l’aviation de la Minusca était intervenue ce qui a permis aux forces portugaises de mettre en déroute les forces négatives de l’UPC et d’occuper leur quartier général à Bambari.

A titre de rappel, les événements de Bambari qui ont débuté le 14 mai dernier par l’assassinat de deux sujets peulhs par des inconnus et qui ont donné l’occasion aux mercenaires de l’UPC d’Ali NDARASSA de s’attaquer violemment aux populations civiles et aux structures administratives publiques et privées locales, ont donné un lourd bilan qui reste encore jusqu’à ce jour provisoire du fait que la tension est toujours perceptible dans cette ville. L’on compte environ une quarantaine de morts, de nombreuses personnes blessées, des centaines de déplacés, des locaux administratifs et des humanitaires pillés et saccagés…

Au lendemain de cette attaque armée des mercenaires séléka, la Minusca qui a ce devoir de protéger les populations civiles et de faire respecter à tous les groupes armés et autres détenteurs illégaux d’armes la décision de l’ONU qui avait déclaré Bambari « ville sans armes », s’est malheureusement contentée de dire à ceux qui voulaient l’entendre et lui croire que la situation à Bambari était sous contrôle alors que les réalités ont démontré tout le contraire.

Au même moment, les éléments séléka de l’UPC qui avaient reçu des renforts en hommes et en matériels militaires avaient occupé une bonne partie de la ville tandis que les quartiers habités par les non musulmans se sont vus vidés de leurs habitants qui ont fui pour trouver refuge sur les sites des déplacés.

Entre temps, la Minusca avait engagé des pourparlers avec les chefs de l’UPC dans le but de les convaincre à libérer la ville. Mais déjà cette démarche de la Minusca ne tient pas debout car elle devrait seulement sommer l’UPC de déguerpir la ville de Bambari dans quelques heures au cas contraire, la Minusca va recourir à la force pour la bouter dehors et ce conformément à la décision de Bambari « ville sans armes ».

Et ce qui a été relevé M. Christian DEBALLET, de l’Association des ressortissants de Bambari, « les hommes d’Ali NDARRASSA ne pourront jamais libérer la ville par le dialogue car depuis que la vie a repris à Bambari, ceux-ci cherchent toujours des prétextes pour revenir en force afin de régner sur la population ».

Ceci est devenu pour autant vrai car les éléments séléka de l’UPC ont de nouveau lancé une violente attaque contre les sites de déplacés et heureusement que les forces spéciales portugaises qui étaient déjà déployées dans cette ville ont su riposter et mettre hors de nuire ces malfrats.

Il est reconnu de tous qu’on ne dialogue pas avec un mercenaire et un terroriste car ce n’est un secret pour personne de savoir que les derniers assauts de l’UPC dans la ville de Bambari est l’œuvre des mercenaires et terroristes tchadiens et peuls venus du Niger pays d’origine d’Ali NDARRASSA. Il revient donc aux autorités nationales de prendre des mesures qui s’imposent afin de libérer la ville de Bambari pour éviter de faire vivre aux populations les terribles moments que les habitants de Bangui ont vécu ces derniers temps à la suite de l’attaque terroriste des hommes du grand criminel Djamous alias « FORCE » contre la paroisse Notre Dame de FATIMA qui avait fait une quarantaine de morts et plus de deux cent blessés.

En effet, faute d’une réaction appropriée à cette meurtrière attaque terroriste de FATIMA qui s’est produite le 1er mai 2018, deux jours après, c’est-à-dire le 3 mai 2018, les auteurs ont récidivé en attaquant cette fois-ci les quartiers Béa-Rex et Kpéténé faisant de nouvelles victimes et provoquant le déplacement massif des habitants desdits quartiers.

Et comme cela ne suffisait pas, ces mêmes terroristes du KM5  qui ont un plan de conquête des quartiers périphériques de leur enclos et surtout pas du tout inquiétés dans leurs forfaits, sont une fois passer à l’assaut simultané le dimanche dernier 6 mai, contre plusieurs quartiers voisins du KM5 notamment Yakété, Sarah, Castors, Saint Jacques et Ngouciment faisant de nouvelles victimes de milliers des déplacés. Il faudrait noter que n’eût été la farouche résistance des jeunes gens de ces quartiers la ville de Bangui allait vivre une véritable hécatombe l’objectif premier de ces terroristes était d’exterminer toute vies humaines sur leurs passages.

Ceci est autant vrai pour la ville de Bambari où l’on avait assisté depuis ces derniers jours aux renforts massifs des hommes lourdement de la séléka ce qui a fait craindre une nouvelle attaque de masse de ces mercenaires et terroristes contre les populations civiles qui se trouvent les sites des déplacés. Et ce qui est arrivé et la situation a été très vite maîtrisée par les forces portugaises.

L’on se souviendra que tant bien même qu’Ali NDARRASSA et ses éléments soient sommés de libérer la ville de Bambari en 2016, ces criminels de grands chemins avaient attaqué le site des déplacés de l’évêché faisant de nombreux cas de morts et des blessés.

La prochaine opération « Nettoyage » des forces spéciales portugaises dans le secteur du KM5 est attendu impatiemment par tous les habitants de la capitale qui ont soif de se débarrasser très rapidement de ces criminels et terroristes qui tuent sans vergogne et menacent la tranquillité des paisibles citoyens. Certains habitants de Bangui n’hésitent de dire que le quartier KM5 du 3ème arrondissement est un lieu qui mérite de voire implanter des pancartes géantes sur lesquelles l’on peut lire « Danger de mort » pour le simple fait cette partie de la capitale est remplie des criminels de tous bords.

Bienvenu ANDALLA, 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE