Centrafrique ; Mlle Jordanne SOKAMBI otage des terroristes du PK5 et menacée d’exécution si la rançon n’est pas versée sous peu

1

Bangui, le 04 juin 18

Mlle Jordanne SOKAMBI a été capturée le samedi dernier 2 juin dans le quartier PK5 par les terroristes qui recommandent la somme de quatre cent (400.000 FCFA) pour sa libération. Ce qu’il y’a de rappeler, c’est que ce n’est pas la première fois de voir ces terroristes enlever des paisibles citoyens dans cet enclos musulman du PK5. Les derniers cas d’enlèvements se sont produits suite à l’attaque terroriste lancée contre la paroisse notre dame de FATIMA où une centaine des civils ont été pris en otage et enfermés dans les conteneurs au PK5 par ces terroristes.

Voici ci-dessous les récits et commentaires d’un compatriote au sujet de la situation des terroristes au PK5

Mlle Jordane Sokambi a été enlevée Samedi 2 Juin 2018, vers 10h du matin, à Bangui dans le 3ème arrondissement par des terroristes soutenus par certains hommes d’affaires et leaders communautaires musulmans.

Un premier contact de sa famille avec les ravisseurs de #PK5 (#KM5) a eu lieu, ces derniers ont réclamé la somme de 400.000 F cfa pour sa libération. L’information a été confirmée par sa sœur cadette joignable au numéro 75504543.

Rappelant que le quartier Km5, constitue un bloc des groupes terroristes soutenus par un réseau du Groupe Etat Islamique, et ayant déclaré une guerre avec la communauté internationale et le Gouvernement.

Dans un reportage signé France 24, l’un chef de file des terroristes Minery matar, alias «Force» qui depuis sa cogna bénéficie du soutien des médias français pour passer ses messages d’intimidation en disant «de ne plus et jamais prendre part au DDRR».

Une déclaration de guerre avec un Etat souverain, un pouvoir légitime et la communauté internationale.
Aujourd’hui le temps se décompte, les morts des innocents, assassinés par ces terroristes se multiplient.

Il sied de rappeler que le 1mai après l’attaque terroriste contre l’église catholique de Fatima, à leur retour au marché Mamadou M’baiki, les assaillants ont pris en otage des taxis (chauffeur, clients, homme, femme et enfants), Ces derniers sont enfermés dans des conteneurs au PK5 et exécutés, dont les corps sont jetées dans des puits aux quartiers Bibalé et autres.

Ces mêmes actes ont eu lieu le 25 mai, où sept agent de santé en provenance de Zongo ont été assassinés parmi les quinze personnes mortes ce jour, dont aussi deux jeunes musulmans d’ethnie goula ont été poignardés et assassinés au PK5 par ces terroristes sans pitié.

Une scène d’indignation pour le peuple centrafricain non seulement mais aussi pour la communauté internationale, où sous le joug de l’humanité des terroristes, extrémistes et djihadistes, tuent des femmes, des enfants, des religieux, des autorités, des personnels humanitaires tous confondus musulmans et non musulmans, défient le Gouvernement et l’ONU, et sont soutenus ouvertement par des apologies et des séditions terroristes faites par des médias français aux fins de camoufler le mal tout en prônant d’une attaque contre une communauté et contre des innocents le 8 avril 2018 au moment de l’opération soukoula lancé par la MINUSCA, où des corps des assaillants ont été exposés devant la MINUSCA.

Une véritable mise en scène, pour discréditer les actions du Gouvernement et de la MINUSCA et servir de campagne médiatique contre l’opération soukoula. En vérité y figurent parmi les terroristes du PK5 des enfants et des femmes qui sont tombées sur le front lors d’un duel avec la MINUSCA après un jet de grenade.

Aujourd’hui avec de telle assertion, les experts du gouvernement et de la communauté internationale doivent comprendre que la lutte contre le terrorisme au PK5 doit être à l’ordre du jour et tous ceux qui s’y s’opposent doivent être considérés comme terroristes à neutraliser car désormais les terroristes, leur branche politique et leurs agents de propagande sont démasqués.

Des vies des centrafricains et des étrangers résidents en Centrafrique sont en danger face aux multiples menaces et agressions terroristes.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE