Centrafrique : La Minusca démissionnaire devant ses responsabilités à Bambari déclarée « ville sans arme » et contrôlée par les mercenaires de l’UPC d’Ali NDARRASSA

0
768

Bangui, le 17 mai 18

Depuis la date du 14 mai dernier, la ville de Bambari pourtant déclarée « ville sans armes » est sous le contrôle des mercenaires de l’UPC d’Ali NDARRASSA qui prenant prétexte de la tuerie de deux membres de leur groupe par des individus non identifiés, ont lancé une opération de représailles contre la population civile et les services administratifs de l’Etat de cette ville.

Selon un bilan provisoire établi par l’Association des ressortissants de Bambari, plus d’une douzaine de personnes ont été tuées dont un gendarme, plusieurs locaux des humanitaires ont été pillés et les services de l’Etat dont le commissariat de la police sont saccagés.

L’on apprend que c’est un des députés de Bambari Hamadou ABOUBAKAR KABIROU, un sujet peulh qui a été imposé comme député par l’ancien ambassadeur en France en Centrafrique Charles MALINAS qui est la tête pensante des événements qui se déroulent encore dans la ville de Bambari et pour preuve ;

Depuis KABIROU a été prétendument élu comme député de Bambari 1, il n’a jamais pied dans sa circonscription électorale, pis encore, il ne s’est jamais prononcé ne fusse que par une simple condamnation verbale sur les différents événements meurtriers qui émaillent la ville de Bambari.

Pour ce qui de est la Minusca qui dispose des moyens conséquents pour faire respecter sa propre mesure de Bambari « ville sans arme » afin de bouter hors de cette ville, l’on s’étonne de sa passivité qui est considérée par tous de pure démission.

Face à cette démission tacite de la Minusca, il revient donc au Gouvernement de dépêcher à Bambari les Forces Armées Centrafricaines (FACA) et les soldats russes afin de protéger les populations bien avant que le pire arrive car l’on apprend que ces criminels qui tiennent encore la ville s’apprêter à attaquer les sites des déplacés.

Hervé Binah,

LAISSER UN COMMENTAIRE