CENTRAFRIQUE : ÉCHEC CUISANT DE « LA VILLE MORTE DE TROIS(03) JOURS » ANNONCÉE PAR GERVAIS LAKOSSO ET SON GTSC.

1
526

Bangui, le 09 mai 18

Marchés déserts, administrations et boutiques fermées, circulation réduite, tel était le rêve caressé par la bande d’une frange et fantomatique Groupe de Travail de la Société Civile (GTSC), dirigé par Gervais Lakosso, spécialiste en organisation bien connu par plus d’un, des troubles à l’ordre public, et qui malheureusement est soutenu dans son idéologie de la folie par certains dont le jeune chercheur Cressent BENINGA, un compatriote à l’intelligence controversée, et spécialiste étrange pour un apolitique, des débats politiques sur la chaîne de télévision panafricaine Vision 4 Centrafrique.

En effet, peu après la pluie matinale sur Bangui de ce matin du 09 Mai 2018, les centrafricains et centrafricaines de la capitale, à bord de leurs véhicules pour certains, et des taxis ou moto-taxis pour d’autres, ont vaqué librement comme d’habitude à leurs occupations respectives, et ceci sans aucun incident constaté. Seules les Banques de la place, par mesures de prudences acceptables, étaient fermées.

C’est d’ailleurs ici l’occasion de saluer la bravoure et le sens de responsabilité du peuple centrafricain en général, et la population Banguissoise en particulier, qui a perdu cette crédulité sur laquelle les agitateurs du GTSC comptaient pour pourrir davantage, et pendant trois(03) jours, la vie de la nation centrafricaine, au mieux des intérêts dans lesquels le peuple centrafricain ne se reconnaissait pas. Voilà d’ailleurs pourquoi, hier, 08 mai 2018, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, en tant que père, a interpellé ces acteurs et représentants du GTSC, pour leur demander d’annuler leur mot d’ordre de « ville morte ». Ils l’ont d’ailleurs eux-mêmes annoncé dans un communiqué au vitriol, avant de clairement faire savoir aux journalistes, au sortir dudit entretien, qu’ils s’estimaient insatisfaits des réponses du Premier Ministre à leurs revendications, et que le mot d’ordre serait hélas maintenu.

Il est important de rappeler que certains membres de cette GTSC, Gervais Lakosso à l’occurrence, semble vouloir, avec insistance, profiter du misérabilisme des centrafricains pour se refaire à travers pressions et autres, une santé financière après sa longue période d’hibernation.

Voilà d’ailleurs pourquoi profitant de l’émotion qui s’était logiquement emparée des centrafricains à la suite de la tragédie de FATIMA du 1er mai dernier, Lakosso et ses sbires ont donné mot d’ordre d’une ville morte le vendredi, 04 mai 2018. Et en se disant que cela était un succès, ils ont ainsi tenté de surenchérir avec ces trois(03) autres jours prévisionnels, mais qui comme beaucoup le savent, s’est terminé en eau de boudin.

Espérons dès à présent que Gervais Lakosso et son GTSC ont pris la mesure de leur cuisant échec, et qu’ils reviendront en de bons sentiments pour comprendre qu’ils peuvent certainement aider le pays autrement qu’en voulant paralyser les institutions de la république, l’administration, bref, la ville toute entière sans comprendre les conséquences sur le plan économiques et autres.

Bravo donc, aux différentes organisations et associations de soutien aux actions du Président TOUADERA, notamment la Coordination des FATistes Bangui-Bimbo, le RJMP, le MASIDEN, la Jeunesse du 500 Saluts, les Touadérateurs, le Soleil Levant, et bien d’autres organisations et associations qui n’ont ménagé aucun effort afin de faire barrage à ce projet de ville morte qui semblait bien caché autre chose que ce qui était présenté.

Aux hommes de mains du Président TOUADERA et autres personnalités, notamment le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Simplice Mathieu SARANDJI ; Certains membres du Gouvernement ; Le Ministre délégué Arthur PIRI, le PCA du BARC, Sani YALO, le DG des Douanes, Frédéric INAMO, le DG de la SOCASP, Ernest Fortuné BATA, le Chef de Cabinet particulier, Donatien MALEYOMBO, le Ministre conseiller économique, Rameaux Claude BIREAU, le Chargé de mission aux nouvelles technologies, Thierry ORONFEI, le CM Alain MBAYA, le DIRCAB Pamphile MALEYOMBO, et bien d’autres qui se reconnaîtraient, la République leur adresse des remerciements bien mérités pour leurs soutiens multiformes, conseils et autres, ayant aidés à contrecarrer ce projet de ville morte de trois(03) jours.

Il est certain que si nous centrafricains, chrétiens ou musulmans, désarmons tous nos cœurs pour promouvoir le vivre ensemble, la paix, l’amour et la cohésion sociale, nous irons certainement vers des lendemains meilleurs. Et ce n’est pas chose impossible.

QUE DIEU BÉNISSE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE.

Ludovic LEDO,

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE