Centrafrique : Igor-Rufin Bénguéré, le détracteur de Sani-Yalo devient à la surprise générale un fugitif qui se cache

0

Bangui, le 30 avr. 18

Pour des bêtises d’ordre professionnel qu’il a commis, Igor-Rufin Bénguéré a voulu faire porter le chapeau à ses supérieurs hiérarchiques. Mais sa tentative est allée tout droit dans le trou qu’il a lui-même creusé.

C’était prévisible, que les agitateurs et détracteurs de Sani Yalo comme Igor-Rufin Bénguéré, finiraient par prendre leur jambe au coup et se cacher très loin comme la sourie devant le chat. La preuve, aujourd’hui, Igor Ruffin BENGUELE se serait réfugié à l’Ambassade de Guinée Equatoriale, car, sentant que ses manœuvres pour nuire au PCA du BARC, finiraient par se retourner contre lui.

Igor Rufin Béngué qui se targuait, il y a quelques jours de l’inébranlable couverture du parti URCA pour échapper à quoi que ce soit et qui ne lui arriverait jamais de la vie comme il le disait à qui vent l’entendre, ne vit plus à l’air libre sentant la légèreté de sa ruse, il a préféré se terrer. Mais jusqu’où sa conduite d’imprudent va-t-elle l’amener ?

Est-ce pour fuir à la justice qui l’a déjà entendu sur l’affaire du fameux coup d’Etat déjoué en Guinée Equatoriale et qui lui a signifié qu’il devait se tenir toujours prêt pour répondre à la justice qu’il tente de prendre ses jambes au coup ? Si tel est le cas est-ce à l’ambassade de la Guinée Equatoriale, pays dont on l’accuse d’avoir facilité des transferts à des crapuleux mercenaires pour tenter un putsch qu’il devait chercher l’asile ? Bénéficie-t-il encore de l’appui des commanditaires de coup d’Etat dont, d’après nos informations, certains se trouveraient sur le territoire Guinéen pour vouloir les rallier en tant que réfugié politique. Eh bien si tel est le cas, Igor est en train de foncer bêtement dans de la braise pour se griller telle une perdrix dans un feu de brousse.

S’il craint pour ses propres turpitudes, qu’il n’en mêle donc pas ceux qui n’ont rien à y voir. MAIS QU’IL SACHE UNE CHOSE : QUAND DIEU FAIT TON COMBAT, IL CONFOND TES ENNEMIS.

Hervé Binah,

LAISSER UN COMMENTAIRE