Centrafrique : Ali DARASSA de l’UPC dément les informations diffusées sur RFI faisant allusion à son Porte parole

0

Bangui, le 22 April 2018

Ce que l’on puisse dire sur la prestation des médias français en Centrafrique c’est ce triste constat qui est palpable du fait que tous les journalistes français qui arrivent brillent dans l’art de la diffusion des informations taillées à la mesure de ceux qui les ont mandaté.

Tout comme l’on avait décrié dans l’une de nos précédentes publications, au sujet de l’envoyé spécial de RFI et France 24 Edouard Dropsy, qui a passé toute une année en terre Centrafricaine pour ternir l’image de marque de  la RCA, et qui vient de quitter ce pays sur les pointes de pied après avoir entretenu des relations malveillantes avec les groupes armés et certains hommes politiques opposants au régime de Bangui, c’est au tour d’Ali DARRASSA patron du plus grand groupe armé de réfuter en bloc les informations diffusées au nom de son groupe sur les ondes de RFI.

A peine arrivé à Bangui, Pierre PINTO,envoyé spécial de RFI et France 24 est déjà perçu  par beaucoup de compatriotes centrafricains comme étant un de ces journalistes français qui ont reçu la mission de ternir au maximum l’image de marque du pays. D’ailleurs le Président de la République n’a manqué interpeller récemment le Haut Conseil de Communication et le Département de la justice de prendre leurs responsabilités pour mettre de l’ordre dans les informations diffusées par les médias nationaux et internationaux.

Du coup, tous les projecteurs sont braqués à l’heure même au moment ou  nous mettons ce papier sous presse, sur les différents reportages et autres mouvements de PINTO pour voir si lui aussi est un prototype de Edouard Dropsy.

Il est connu de tous que RFI et France 24 sont des médias qui dépendent directement du Quai d’Orsay malheureusement ils font le jeu de la politique extérieure de la France en violation des principes élémentaires des devoirs de la presse.

Ce qui est à retenir c’est le fait que le peuple centrafricain est suffisamment informé de toutes les manœuvres dilatoires qu’entretiennent les médias français en Centrafrique et ce même peuple qui est prêt à prendre des dispositions qui s’imposent contre tous les hommes des médias français qui arrivent sur le sol centrafricain. Pour l’instant, beaucoup d’informations que véhiculent les médias français sont jugées par les auditeurs et les lecteurs parfois d’informations erronées. Dans tous les cas, la balle est dans le camp des autorités du pays pour ouvrir l’œil dessus.

A Suivre …

Cosmos,

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE