Centrafrique : Un Mandat d’arrêt contre le criminel FORCE pour outrage au Chef de l’Etat s’impose

1

Bangui, le 19 avril 18

Il est urgent et impérieux de voir le Procureur de la République  lancer un mandat d’arrêt contre le tristement célèbre criminel et Chef milicien du KM5 connu sous le sobriquet de FORCE pour outrage au Chef de l’Etat Faustin Archange Touadéra car, il y’a rien à faire face aux propos injurieux adressés à l’endroit du Président de la République sur les réseaux sociaux que d’ordonner son arrestation immédiate.

Il est établi que tout propos injurieux à l’endroit du Président de la République constitue l’infraction pénale que l’on appelle « outrage à l’endroit du Chef de l’Etat » et cette infraction que le délinquant criminel FORCE vient de faire usage à travers les réseaux sociaux notamment Face book qui circulent dans le monde entier depuis la date de mercredi dernier, 18 avril 2018.

Il y’a lieu de s’interroger sur les motivations de FORCE qui s’est permis de vomir des insanités sur la personnalité du Chef de l’Etat F. A Touadéra. Est-ce une manière de défier les plus hautes autorités de l’Etat ou encore une insulte contre le peuple centrafricain qui choisi librement F. A Touadéra pour présider à sa destinée ? Le centrafricain lambda n’arrive à se retrouver sur cette interrogation. Toute fois, l’on sait que ce criminel de FORCE est un sujet tchadien qui a fait son entrée en Centrafrique par la bénédiction du coup d’Etat de Bozizé contre le régime de Patassé en mars 2003. Par la suite, il a été intégré dans la garde prétorienne de Bozizé et reconverti en séléka avec la chute de Bozizé en 2013.

C’est pour dire tout simplement et très clairement que FORCE est l’un de ces mercenaires tchadiens qui ont pour mission de destituer les institutions nationales dès qu’ils reçoivent l’ordre de leurs maîtres qui vivent sur le sol centrafricain et à l’extérieur du pays.

A suivre…

Patrick KOSSINGOU,

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE