Centrafrique : Le ministre rebelle Jean Serge Bokassa, chassé du Gouvernement

0

Bangui, le 14 avr. 18

 Jean Serge Bokassa, ministre de l’administration du territoire et de la Décentralisation qui s’est rebellé contre le Gouvernement en refusant pendant plusieurs semaines de se rendre ni à son lieu de travail ni les Conseils des Ministres vient d’être limogé. Le Décret du renvoi du ministre Bokassa signé par le Chef de l’Etat Faustin Archange Touadéra est tombé dans la soirée du samedi 13 avril 2018.

En effet, n’eût été la largesse du Président de la République Faustin Archange Touadéra, le ministre devait être viré depuis longtemps du Gouvernement et ce, pour plusieurs raisons valables où l’on peut citer entre autres, son indiscipline caractérisée et son comportement peu orthodoxe d’une autorité politique.

Déjà au remaniement technique du premier Gouvernement connu sous l’appellation de Sarandji1, le ministre Bokassa qui s’était vu dépossédé du poste du portefeuille de la Sécurité publique qu’il cumulait avec l’Administration du territoire, s’était rebellé contre le Gouvernement Sarandji2 en refusant de se rendre au travail pendant plusieurs semaines.

 Par la suite, le ministre Bokassa s’était permis de prendre ouvertement position sur les ondes de RFI contre la décision du Gouvernement qui avait affecté le site de Béréngo pour servir de base aux soldats russes qui sont venus aider la RCA dans le cadre militaire.

 En bon récidiviste, le ministre Bokassa a une fois de plus déserté les bureaux en protestation de la décision de la justice qui l’a débouté dans l’affaire Béréngo où ce site a été tout simplement déclaré patrimoine de l’Etat. Donc le limogeage du ministre est très bien justifié car il est inadmissible que l’Etat continue de payer quelqu’un avec de grosse d’argent sans pour autant qu’il produise des résultats.

Aux dernières nouvelles, l’ex-ministre Bokassa, serait impliqué déjà dans certaines affaires sales qui risqueraient de le conduire devant la justice.

A suivre…

Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE