Centrafrique : Quels sont ces gens qui ternissent l’image du Chef de l’Etat et de dame Catherine BOKASSA ?

0

Bangui, le 08 avril 18

Alors que l’on pensait l’affaire dite site Bérengo était close suite à la décision de la justice qui avait déclaré le site de Bérengo comme étant le patrimoine de l’Etat, certains individus mal intentionnés instrumentalisés par une main occidentale persistent à faire usage de certains organes de presse pour s’en prendre au Chef de l’Etat faustin Archange TOUADERA et à dame Catherine BOKASSA.

En effet, l’huile qui mis le feu au cœur de ces individus qui sont déjà considérés comme étant des véritables ennemis de la République, c’est cette cérémonie de remise du 31 mars dernier 2018, qui s’est déroulée au village Bérengo où le Président de la République a rehaussé de sa présence tandis que dame Catherine BOKASSA, faisait partie des invités officiels.

Et il s’agissait à l’occasion de la remise de certificats aux éléments des Forces Armées Centrafricaines (FACA) étaient arrivé au terme d’une formation en maniement des armes russes. Laquelle formation a été conduite par les instructeurs militaires russes qui sont basés depuis quelques mois sur le site de Bérengo.

Selon les dernières informations en notre possession, il ressort des agitations de ces ennemis de la nation centrafricaine une véritable machine d’instrumentalisation mise en marche par une puissance occidentale qui alimente avec de grosse somme d’argent certaines personnalités centrafricaines dont certains membres de la famille BOKASSA pour perturber la présence des militaires russes en Centrafrique. Et faudrait-il le rappeler que ces mêmes enfants BOKASSA qui sont en connivence avec cette puissance occidentale qui étaient à l’origine de la chute du régime impérial. Malheureusement pour eux, ils sont déjà vomis au sein de leur propre famille. Aussi, ces manipulés et agitateurs politiques qui sont déjà connus par le peuple centrafricain ignorent qu’ils auront dans bientôt répondre de leurs actes devant la justice centrafricaine.

En attendant, il y’a lieu de dire que c’est une peine perdue pour ces prédateurs de la République car, le peuple centrafricain qui a enduré des dures épreuves suite à la grande crise meurtrière et dévastatrice qui persiste encore, est suffisamment averti et ne se laissera en aucun cas être entraîné dans une voie de déstabilisation de son pays.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE