Centrafrique : L’exploitation du diamant centrafricain, véritable boulevard de la croissance et du développement socioéconomique en Centrafrique.

0

Bangui, le 23 févr. 18

Le Mining Indaba 2018 s’est tenu dans la ville du Cap en Afrique du Sud du 5 au 8 février dernier. Le Ministre des Mines et de la Géologie, M. Leopold Mboli Fatran, à la tête d’une délégation de 8 personnes, y a pris part, sur invitation de son homologue sud-africain, le Ministre Mosebenzi Zwane.

Fer de lance de la croissance et du développement socioéconomique en Centrafrique, le diamant centrafricain offres des opportunités qui demeurent inexploitées. Comment faire pour y parvenir est la fatale question qui tient à cœur les autorités centrafricaines qui ne cessent de multiplier la recherche des voies et moyens.

La mission susmentionnée du ministre des mines ne s’est pas seulement inscrit dans le cadre de la participation à une rencontre mais revêt d’autres intérêts profonds pour la cause du diamant centrafricain.

Il s’agit entre autres de chercher à :

– Promouvoir les opportunités minières de la RCA au cours de l’événement qui rassemble chaque année en Afrique du Sud les leaders mondiaux du secteur privé, la communauté internationale des investisseurs et les gouvernements africains pour discuter des défis et des opportunités de l’industrie minière;

– Adopter dans le cadre de la coopération bilatérale avec la République d’Afrique du Sud, un plan d’action reposant sur cinq (5) piliers : le cadre réglementaire, la formation, l’assistance technique pour la conformité avec le Processus de Kimberley, le renforcement des capacités institutionnelles et le forum de l’investissement dans le secteur minier prévu à Bangui d’ici la mi-2018.

Voilà qui témoigne de la volonté politique du président de la République inoculée dans la feuille de route du ministre des mines et de la géologie qui déploie davantage des efforts pour sa mise en œuvre.

Sans doute cette détermination du ministre Mboli Fatran ira avec certitude à un heureux aboutissement pour l’exploitation industrielle du diamant centrafricain. Les frères Africains du Sud en ont l’expérience en Afrique subsaharienne et ont toujours marqué leur volonté à coopérer avec la Centrafrique pour l’appuyer dans ce domaine.

C’est d’ailleurs ce qui est porté en sujet primordial  lors de cette rencontre lorsque qu’il s’est agi d’établir un cadre juridique de coopération. La formation des cadres centrafricains, l’assistance technique pour la conformité avec le processus de Kimberley, voilà les préliminaires d’une coopération agissante qui permettra au pays de voir l’exploitation et la vente de son diamant être admises par le processus de Kimberley qui a posé un embargo sur la vente du diamant centrafricain à cause de la crise qui a secoué le pays.

Les efforts du gouvernement à travers le ministre Mboli Fatran ont permis une levée partielle de cet embargo dans les zones du sud-ouest centrafricain considérée comme zone non proliférée d’armes et de groupes armés. Une fenêtre d’ouverture pour que les exploitants artisanaux du diamant puissent revivre. Le souhait est que ces multiples voyages du membre du gouvernement qui a vraiment souci du développement du pays puissent aboutir à la levée totale de l’embargo par le processus de kimberley afin que les Sud-Africains aient la totale main libre de pouvoir inculquer leur savoir-faire en la matière aux centrafricains.

La Centrafrique, pays tellement riche mais tellement pauvre, va bientôt tourner le dos à ce paradoxe  qui ne trouve pas d’explication grâce aux efforts et la détermination du ministre des mines et de la géologie Léopold Mboli-Fatran. Que le tout Puissant lui ouvre la voie et l’accompagne dans ses performances.

Le Potentiel Centrafricain,

LAISSER UN COMMENTAIRE