Centrafrique : Affaire Bérengo, Jean-Serge Bokassa déterminé à perturber la formation des FACA par les Russes.

1

Bangui, le 23 février 18

Non content d’être mal gommé par ses propres parents qui tiennent à accompagner le gouvernement dans ses efforts de restructuration de l’armée centrafricaine en cédant l’arène de Bérengo pour servir de centre de formation militaire, Jean-Serge Bokassa se jette dans des actes de bassesse indescriptible juste pour perturber la formation des Faca par les Russes.

Aux dernières nouvelles, Jean-Sergent Bokassa, éminent ministre de son Etat, serait, malgré son rang actuel, en train de recruter des enfants de la rue et certains anciens FACA défroqués et acquis à sa cause pour les envoyer à Bérengo dans le but de procéder discrètement à des actes de sabotage de tout ce qu’entreprendrait les Russes pour l’embellissement de Bérengo et ses environs afin de le rendre propice à des activités de formation militaire. Un comportement indigne d’une autorité car d’ores et déjà sa famille le désavoue et le rend responsable pour les désagréments futurs qui proviendraient.

Jusqu’où veut aller ce fils du pays qui avait commencé à faire la fierté de ses compatriotes surtout quand, pour une fois, et en tant qu’une des autorités de ce pays qu’on entend jamais élever la voix contre les mauvais agissements de ceux qui prétendent aider le pays mais qui par contre, agissent pour l’enfoncer davantage, il avait osé lever le bout de doigt pour accuser la Minusca d’exaction contre la population civile lors de la marche contre celle-ci organisée à l’appelle des organisations de la société civile et qui avait connu des massacres de population civile par la garde rapprochée d’Onaga Anianga.

Quelle mauvaise vénéneuse mouche a piqué celui que le peuple est en train d’observer pour l’admettre à la place de feu son père le Président Jean Bedel Bokassa qui a su construire ce pays et qui a marqué de façon indélébile son passage sur la Centrafrique ?

On ne dira jamais assez que la folie de grandeur est véritablement destructrice et qu’un homme inintelligent est celui qui agit sans  précaution prise, sans analyse des conséquences à venir et qui se retrouve très vite pris de cours. C’est exactement ce que Jean-Serges Bokassa est en train de faire et que tout le monde, particulièrement sa famille immédiate le lui refuse et le lui reproche.

Un ministre qui est encore membre du gouvernement qui déclare ouvertement une lutte acharnée contre ses pairs, c’est du jamais vu, sauf si la personne manifeste  un envi de se rebeller. Et le cas de Jean Serge Bockassa à qui le président de la République, le Pr Faustin Archange Touadéra a tendu la main depuis qu’il a accédé au pouvoir de l’Etat, n’est pas loin d’être vraiment de la rébellion. Si non comment comprendre que Bokassa tienne coute que coute à nuire à l’action gouvernementale dont il est supposé appuyer de toute son énergie dans le cadre de la solidarité gouvernementale ?

La place d’un rebelle n’est pas parmi ceux qu’il tient comme adversaire, que disons-nous, non comme ennemi. Bokassa s’il est un homme capable, viable, potentiel, délié, puissant, résistant et déterminé ne peut que démissionner du gouvernement afin d’avoir la main libre et agir selon ses convictions qu’il aura certainement du mal à partager et faire admettre au peuple centrafricain qui a tant souffert. C’est la seule voie qu’il peut emprunter en tant véritable homme herculéen qui tient à faire voir ses muscles.

A bon entendeur salut…

Le Potentiel Centrafricain,

1 COMMENTAIRE

  1. Un torche cul votre journal plein de fautes d’orthographe, apprenez à écrire Français ou utiliser votre langue maternelle vipère que vous êtes.
    Le ministre est soutenu par sa famille entière, bientôt je vais écrire un article sur votre journal et les commérages que vous écrivez et les privilèges que vous avez auprès du Cabinet de la Présidence….. Attirez les lecteurs autrement que par le nom des héritiers Bokassa. Il n’était nullement nécessaire d’aller reveiller le petit Prince au chômage, frêle comme il est a la demande de sa mère au Président pour qu’il lui procure et ramène les valises d’argent en Euros pour entretenir son train de vie…
    Il n’a meme pas pu jouir de cet argent à son retour en Suisse, puisqu’il a laissé plus de la moitié à sa chère progéniture et le reste remboursé dans ses dettes de jeux.
    Trouvez vous d’autres sujets que celui de s’attaquer au Ministre Bokassa qui sa popularité et patriotisme n’a d’égal dans notre pays. Faites vous un allié et non un ennemi? Ou bien votre journal sera sur tous les médias Français et à l’International.
    A bon entendeur! Un homme averti en vaut deux.
    Bien à vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE