RCA : Rapport UNICEF, La RCA classée parmi les pays dont le taux de la mortalité infantile est le plus élevé« 1 pour 24 »

0
368

Bangui, le 21 févr. 18

Hier lundi 19 Février 2018, Docteur Pierre SOMSE, Ministre de la Santé Publique et de la Population a  conféré avec la presse nationale dans le  siège dudit  département. Au cours de cette rencontre, le membre du Gouvernement a révélé le taux de la mortalité infantile dans le pays.  Aussi,  il a saisi l’opportunité pour lancer un  appel pressant aux leaders des communautés et d’autres entités du pays afin de lutter efficacement pour renverser la tendance. Notons que cette rencontre, s’est déroulée en présence de Mme HAKIZIMANA- NDABIHAHORE, Représentante/Pays de l’UNICEF et des nombreux Médecins praticiens en service dans ledit département.

Il  faudrait rappeler   que cette communication sanitaire a été faite a partir du dernier rapport du Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance (UNICEF) qui a été rendu public ce Mardi 20 février 2018, dans le monde entier.  Selon Mme HAKIZIMANA, de l’UNICEF, le Rapport révèle que 8 des 10 pays où il est le plus dangereux de naitre se trouve en Afrique subsaharienne, région, ou les femmes ont bien moins de chance de bénéficier d’une assistance à l’accouchement compte tenue de la pauvreté, des conflits et de la faiblesse des institutions. Poursuivant l’oratrice a souligné que les facteurs qui sont à l’origine de cette situation dramatique sont entre autres, les  naissances prématurées, les complications pendant l’accouchement et des infections  telles que la pneumonie et la septicémie. Ces pathologies sont responsables de 80% des décès néonatals selon ce rapport. Ces décès peuvent être évités grâce à l’accès à des Sages Femmes qualifiées et au recours à des solutions éprouvées comme l’utilisation d’eau salubre, de désinfectants l’allaitement dans l’heure suivant la naissance, la prise en charge de la grossesse avant l’accouchement. Mme  HAKIZIMANA, a tablé que le Rapport a noté que le monde a manqué à ses devoirs envers les nouveau-nés, mais aussi, en ces promesses qu’il avait faites pour réduire la mortalité néonatale. En d’autres termes, manquer à ses promesses  c’est offrir la vie et partant de ce fait, il fait état de deux types de promesses. Il ya des pays où il fait bien-être  et il y’a des pays où résulte la malchance de naitre et dans ces 10 pays 8 sont en Afrique et la République Centrafricaine est malheureusement la deuxième sur cette liste. Soulignons de passage, qu’au cours de cette rencontre, le Ministre de la Santé Publique Dr Pierre SOMSE, a fait savoir que « l’insécurité est l’un des goulots d’étranglement du pays et la restauration de la paix  sur toute l’étendue du territoire, permettra de sauver des enfants ». Il a en outre, attiré l’attention des groupes armés en ces termes : «  Pour tous ceux qui sont des artisans de conflits, de la guerre que ceux-là comprennent qu’ils ne tuent pas seulement des adultes, mais ils tuent des bébés » a-t-il-lancé avant de conclure. Par ailleurs, le Ministre a indiqué que des micros-balade vont être réalisés pour recueillir les points de vue des concitoyens sur la problématique de la réduction de la mortalité néonatale. Cette rencontre a vu la participation Professeur  Chrysostome GODI, Directeur du Complexe pédiatrique de Bangui et du Professeur Abdoulaye SEPOU, Gynécologue Obstétricien, et Ancien Recteur de l’Université de Bangui. Ces éminents Orateurs ont éclairé l’assistance sur les facteurs qui favorisent la mortalité infantile en Centrafrique.

Le Potentiel Centrafricain,

LAISSER UN COMMENTAIRE