Centrafrique : L’ONG MENASKA se propose de poursuivre la MINUSCA devant la Cour Pénale Spéciale pour cause de non assistance à personne en danger.

0

Bangui, le 30 janv. 18

S’il est reconnu que les multitudes ONGs nationales en charge de la défense et la promotion des Droits de l’Homme brillent par une inaction face aux nombreuses bavures de la MINUSCA, ce n’est pas le cas pour MEKASNA qui une ONG qui intervient beaucoup plus dans la Préfecture de l’Ouham-Péndé en général et dans la localité de Paoua particulièrement. Ainsi face à l’attitude qualifiée de complice des éléments de la MINUSCA avec les groupes armés notamment ceux appartenant aux ex-séléka, MEKASNA décide de saisir la Cour Pénale Spéciale pour demander des justifications sur la non assistance à personne à personne en danger dont la MINUSCA serait rendu coupable de cette localité de Paoua.

Mais d’ores et déjà cette bataille juridique savère d’ores et déjà perdue pour MEKASNA quand on sait que la MINUSCA fait partie des partenaires financiers de la CPS. Voici ci-dessous un Communiqué de presse de l’ONG MEKASNA relatif à ce dossier.  

COMMUNIQUE DE PRESSE

Relatif à la situation désastreuse dans la Sous-préfecture de Paoua

L’Organisation Non Gouvernementale MEKASNA s’est réunie en Assemblée Générale extraordinaire le dimanche 21 janvier 2018, pour statuer sur le démenti formulé par la MINUSCA suite à son interpellation relative au ravitaillement en armement et en munitions aux éléments de la SELEKA basés à GOUZE à 20 km de PAOUA et examiner des voies et moyens propices à appuyer les victimes des événements de PAOUA.

A/ L’ONG MEKASNA prend acte de la traditionnelle réponse de la MINUSCA face à ses multiples effets d’impuissance et qui s’appuie sur les différentes résolutions notammentles numéros 2249-2301 et 2387 pour dire et je cite « La MINUSCA poursuit avec professionnalisme, impartialité et abnégation la mise en œuvre de sa mission conformément aux principes universels de protection de civils et des droits de l’homme ». Fin de citation.

L’ONG MEKASNA voudrait rappeler à la MINUSCAque le principe universel de protection des civils et des droits de l’homme se fondent sur le principe de la légitime défense, c’est-à-dire que si uncivil est touché ou undroit de l’homme est violé, cela veut dire que le protecteur est directement touché et son droit est violé. Sa réaction est énergique et irréfutable.

Force est malheureusement de constater que le protecteur qui est MINUSCA n’est qu’un observateur impuissant face à ces crimes et se contente de  condamner etde lancer des ultimatums. Cependant les bandes armées écument, pillent, violent, incendient les villages et tuent tous sur leur passage.

L’ONG MEKASNA saisira aux noms des victimes de la Sous-Préfecture de PAOUA, la Cour Pénale Spéciale « POUR NON ASSISTANCE EN PERSONNE EN DANGER ». L’ONG MEKASNA demande avec insistance aux populations civiles victimes de la non protection de la MINUSCA de se constituer d’une part en association des victimes et d’autre part de rassembler les preuves qui seront versées aux dossiers.

B/ C’est depuis trois décennies que la Sous-Préfecture de PAOUA subit des affres, des agressions et des martyrs pour des raisons qu’elle ignore totalement. Pour cause l’ONG MEKASNA s’est saisie du dossier des victimes des années 2003 jusqu’à ce jour,quelle transmettra à la Cour Pénal Spéciale, contre les groupes armés qui sévissent dans la région pour viol, vol à mains armées, assassinat, détention illégale des armes et munitions de guerre, séquestration, association des malfaiteurs, etc…

C/ Concernant la visite éclair du Président de la République à PAOUA, l’ONG MEKASNA présente ses compliments à Son Excellence, le Professeur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat, et le remercie pour avoir joué son rôle de père de la nation en se portant rapidement au chevet de la Sous-préfecture de PAOUA. Nous regrettons très respectueusement  le comportement du protocole d’Etat qui n’a pas permis aux Chef de l’Etat d’écouter les victimes, de visiter les zones incendiées et de rendre visite aux mutilés qui sont dans les centres de santé.

D/ L’ONG MEKASNA déplore le comportement malveillant de certains ressortissants de PAOUA qui se constituent en ONG, à l’exemple de l’ONG SETERE qui n’est pas connue au niveau de la Sous-Préfecture de PAOUA et qui prétend accueillir des déplacés de PAOUA à Bangui.

L’ONG MEKASNA met en garde toutes ONG où un quelconque groupe qui se serait passé pour une action humanitaire serait considéré comme fauteur de troubles et répondra de ses actes devant les instances juridiques de notre pays.

L’ONG MEKASNA appelleà la sensibilité et au bon sens de tous les ressortissants de PAOUA,à se solidariser dans l’union pour que les actes que nous posons aient des impacts positifs.

E/ L’ONG MEKASNA poursuit sa mission de quête de solidarité. A cet effet, elle organise le vendredi 26 janvier 2018 un recueillement de solidarité à l’espace LINGATERE de 14h00 à 18h00. Venez nombreux, votre geste sauvera une vie.

 

Fait à Bangui, le 23 janvier 2018

LE PRESIDENT DE MEKASNA

 

                                                                                              Pierre DJIBAO

LAISSER UN COMMENTAIRE