Centrafrique : Une république entière à l’assemblée nationale, Abdou Karim Meckassoua se bourre

1

Bangui, le 24 janv. 18

Abdou Karim Meckassoua Président de l’Assemblée Nationale

Saturation extrême à l’Assemblée Nationale Centrafricaine. Du jamais vu en terme de personnel administratif au sein d’une assemblée nationale en Centrafrique. Abdou Karim Meckassoua vient de créer une première.

 09 Chargés de mission et 09 conseillers dont les titres s’empiètent. Quelle feuille de route Meckassoua va-t-il assigner à chacun d’eux ? Vont-ils seulement se comprendre ou alors comprendre ce que leur patron spécial Meckassoua attend-il d’eux ? Comment voulez-vous que le peuple nous fasse confiance, nous les soi-disant intellectuels? On paie un chargé de mission (CM) pour entretenir le site web du parlement pendant qu’un autre est chargé de la communication,… et c’est quoi le travail du CM DDRR, ou CM genre, etc…? Franchement ce Meckassoua. Rien ne rime à un travail sérieux, efficace et destinée à faire avancer l’assemblée nationale centrafricaine.

Rien d’étonnant pour un pseudo putschiste qui se voyait déjà arrivé au pouvoir ce pourquoi il a fait miroiter des postes à ceux-là qu’il a escroqué  financièrement ou matériellement pour préparer son coup. Dieu n’ayant pas voulu, tout s’est rapidement su pour le retenir dans sa retranche de président de la deuxième institution du pays.

Comment faire pour se nettoyer le visage ? Créer des postes et nommer des gens et des gens sans se conformer à l’organigramme de cette institution républicaine. Une première en Centrafrique qui confirme l’ennuyeuse volonté d’un homme qui, malgré sa position de seconde personnalité de la république, veut absolument tout mettre en œuvre pour devenir président de la république. A-t-il seulement réfléchi à ce qu’il fait, pour placer certains, il écœure d’autres qu’il débauche sans  vergogne et sans raisons valables. Et à mieux voir, ce sont les ex séléka qui ont trouvé leur compte puisque, non content d’avoir embauché des gens sans compétence nécessaire, il crée un service chargé du DDRR alors que tous les centrafricains savent que des hautes personnalités ont déjà été nommées à divers postes du DDRR et rattachées à la présidence de la république. En tout cas il y a matière à examiner avec vigilance et en profondeur pour mieux percevoir la réelle manigance de ce Meckassoua qui subitement, réagit comme s’il était au-dessus de la république.

A suivre !!!

Le Potentiel Centrafricain,

 

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. Meckassoua se comporte dans ce pays comme un Président de la République bis, et malgré le principe de séparation de pouvoir, ce dernier empiète allègre sur le pouvoir exécutif en organisant ça et là des réunions de pseudo réconciliation au vu et au su de tout le monde. Faisant fi de son devoir de réserve en ce qui concerne la conduite d’un groupe ou d’une association politique car l’actuelle constitution le place en 2ème position dans l’ordre protocolaire après le Président de la République (ce qui en soi est une erreur). Le parlement vote les lois mais en Centrafrique tout fonctionne de contraire en contraire. La présidence de l’Assemblée Nationale est comme une anti-chambre du Palais de la Renaissance. Que veut exactement Méckassoua???

LAISSER UN COMMENTAIRE