Centrafrique : COMIGEM 4 années d’inactivités, dixit le Directeur Général François ZOLIPOU

0

Bangui, le 22 Décembre 2017

Dans une interview accordée au journal Le Potentiel Centrafricain, monsieur François ZOLIPOU, Directeur Général du COMIGEM a déploré l’inactivité de la société dont il a la commande ce qui constitue un manque à gagner pour l’Etat centrafricain. Aussi, il a lancé un vibrant appel, aux autorités nationales de voler au secours du COMIGEM afin de lui permettre de relancer ses activités.  

LPC : Monsieur le Directeur Général, nous sommes en fin d’exercice de l’année 2017. Si l’on vous demande un résumé de votre bilan qu’allez-vous répondre ?

 François Zolipou(FZ) : On ne peut parler de bilan, si COMIGEM a fonctionné. Mais, je puis vous dire que depuis 4ans COMIGEM n’a pas fonctionné, faute de financement et ce n’est pas la faute de COMIGEM parce qu’il a été créé en 2009 et a commencé a fonctionné en 2010-2011 et il a produit des lots de Diamants et de l’Or dont une partie a été vendue et une autre partie et restée dans les coffres du COMIGEM. Mais, les autorités de l’époque ont pris ces lots pour aller les conserver dans les coffres forts du ministère de tutelle et voilà que ces lots ont disparu alors que si ces lots de diamants et Or avaient été vendus à COMIGEM, le COMIGEM allait continuer à fonctionné normalement. Malheureusement, ces produits ont disparu d’une manière frauduleuse. Et l’lorsqu’on pose la question pour savoir où sont partis ces lots, de Diamants et OR ? On ne trouve pas de réponse. C’est donc cette situation qui a complément bloqué le fonctionnement du COMIGEM depuis 4 ans ce qui fait qu’à ce jour, on ne peut parler de bilan par rapport à une structure qui n’a pas fonctionné depuis sur plusieurs années. Pour l’instant, nous attendons un éventuel contrat de financement pour relancer les activités.

 

LPC : Depuis un certain temps, il y’a une brouille liée aux arriérés de salaires du personnel de votre société. Qu’en dites-vous de cette situation ?

FZ :   Une société ne peut faire face aux salaires que lorsqu’elle fonctionne. Ce qui n’est pas actuellement le cas pour le COMIGEM. Cette situation d’inactivité du COMIGEM a fait que certains personnels totalisent 62 mois d’arriérés de salaires, moi-même qui vous parle-j ‘accuse présentement 33 mois d’arriérés de salaires. C’est donc normal, que  les personnels boudent ou s’agitent parce que, ce sont des pères et mères de familles qui ont de lourdes charges entre autres, la scolarité de leurs enfants et l’alimentation du foyer. Et si ces responsables de familles n’ont pas de ressources nécessaires pour supporter les charges qui leur incombent, c’est normal qu’ils soient mécontents.

LPC : Selon-vous quels sont les principaux défis que le COMIGEM sous votre commande, entend relever ?

FZ : Le COMIGEM a des atouts qui sont d’abord constitués des Experts qui sont là. Ce qui fait défaut, c’est la valorisation des connaissances de ces Experts, c’est le manque de financement. Si aujourd’hui l’Etat met les moyens à la disposition du COMIGEM, cette structure va être très rentable à l’Etat. Je prends les cas du boum de l’Or et de Diamants dans les localités de Ndolombo dans la Lobaye et Bossangoa dans la préfecture de l’Ouham et si le COMIGEM disposait des moyens financiers adéquats, il allait acheter ces produits miniers et ceci allait beaucoup profiter à l’Etat. Malheureusement, ces produits miniers Or et diamants prennent frauduleusement les chemins des frontières tout simplement parce que le COMIGEM n’a pas l’argent pour les acheter.

LPC : Monsieur le Directeur Général parlez-nous des réformes qui sont en cours et celles qui sont en perspectives dans le cadre de l’amélioration des prestations de vos services et le renforcement de votre collaboration avec vos partenaires.

FZ : Au sujet des réformes, je puis vous dire que si le COMIGEM avait un financement, il allait d’abord procéder à la formation et au recyclage des acheteurs parce que ceux-ci constituent le fer de lance d’un bureau d’achat de diamants. Ensuite, nous envisageons procéder à la formation des Experts parce que de nos jours, les Experts nationaux dans le domaine des mines se comptent au bout de doigt. Partant de ce fait, il est faut qu’on forme très rapidement les nouveaux Experts qui d’ici demain prendront la relève de nous autres qui sommes déjà âgés. Par exemple moi qui vous parle, j’ai été formé à la CND et les Experts qui m’ont formés sont presque tous morts et les quelques rescapés qui sont encore en vie, sont complétement amortis. C’est la raison pour laquelle, il y a un besoin urgent de former des Experts nationaux de tant plus que nous sommes un pays de diamants et de l’Or. Enfin, dans le cadre des réformes, il est question aussi de recycler le personnel de COMIGEM et de revoir la restructuration  de cette société d’Etat afin de la rendre dynamique en tenant compte du profil de chaque personnel et également de revoir l’effectif du personnel.

LPC: Pour finir, monsieur le Directeur Général dites-nous le projet qui vous tient à cœur pour le développement de cette entreprise d’Etat ?

FZ : Nous avons beaucoup de projets, car la RCA notre pays est un pays immensément riche en diamant et Or. Sur 16 Préfectures que compte le pays, l’on trouve le diamant dans les 16 Préfectures tandis que l’on retrouve l’Or dans toutes les 16 Préfectures. Le souci de COMIGEM, c’est de disposer des financements conséquents pouvant lui permettre d’acheter les diamants et l’Or sur l’ensemble du territoire. Mais aussi, il y va falloir mettre en place une taillerie de diamant, car notre pays était l’unique pays francophone qui a disposé d’une taillerie de diamant qu’on appelait CND qui malheureusement a disparu en 1993. Au finish, il nous faut créer une fonderie d’Or, pour permettre à notre pays de vendre une partie de notre Or sous forme de lingot.

LPC: Votre mot de fin ?

FZ : Le message que je voudrais lancer à qui de droit c’est d’aider le COMIGEM à se relancer. C’est à tort que l’on pense que le COMIGEM est une société d’Etat budgétivore. Non ! Le COMIGEM n’est pas une société d’Etat budgétivore. Je suis un Expert du domaine et je suis  ici depuis 3 ans. Si on m’avait donné ne fusse qu’une somme de 100 Millions de francs CFA pour mener les activités, je crois que le COMIGEM allait générer 2 Milliards de Francs CFA au profit de l’Etat Centrafricain. Je lance un vibrant appel aux autorités en charge de COMIGEM ainsi que les institutions de la République de voler au secours du COMIGEM afin de le rendre opérationnel, le plus tôt possible, car c’est une société d’Etat phare.

LPC: Monsieur François Zolipou, je vous remercie

 

Interview réalisée par Alfred Mboli

LAISSER UN COMMENTAIRE