Centrafrique : Pacte de non-agression Antibalaka – 3R à Bouar, La Minusca donne quitus

0
224

Bangui, le 22 décembre 17

La Minusca salue un moment fort de la réconciliation en RCA, à savoir la signature, vendredi dernier, du pacte d’engagement entre anti-Balaka de Bouar et le groupe armé 3R pour la cessation des hostilités entre les deux groupes dans la région. Le document a été signé le week-end dernier, par les représentants des deux parties, en présence du sous-préfet et du maire de Bouar, du député de Bouar 4, d’un conseiller à la Présidence de la République et d’un représentant du Centre humanitaire pour le dialogue.

“Conformément à l’accord, les anti-Balaka de Bouar et le groupe armé 3R s’engagent à cesser les hostilités entre eux et envers les populations civiles, avec notamment la création de zones sans armes», a déclaré mercredi lors de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA, la porte-parole par intérim de la Mission, Mme Uwolowulakana Ikavi -Gbétanou.

L’accord prévoit aussi le partage d’informations entre les groupes armés et les leaders locaux en vue de créer un climat de confiance, ainsi que la réconciliation, la libre circulation des personnes et des biens, le retour des déplacés, ainsi que le libre accès aux lieux de santé et écoles.

Dans le cadre des efforts que la MINUSCA ne cesse de déployer pour le rétablissement durable de la paix et de la sécurité à Batangafo, la porte-parole par intérim de la Mission s’est félicitée du déploiement, ce jour, d’une équipe civile multidisciplinaire composée de personnel des affaires politiques, de la division des droit de l’homme et de la police des Nations Unies, qui vient s’ajouter à la présence de la Force et des Assistants de liaison communautaire déjà sur place. “L’équipé sera à l’écoute de la population et travaillera, en étroite collaboration avec les autorités et les leaders locaux sur place,  afin d’engager un dialogue permanent avec les groupes armés pour renforcer la paix, le vivre-ensemble et la cohésion sociale dans la localité conformément au mandat de la Mission,” a-t-elle indiqué.

En ce qui concerne la restauration de l’autorité de l’état, Mme Ikavi-Gbétanou s’est félicitée du déploiement des préfets et sous-préfets sur le territoire national qui se poursuit avec, très prochainement, le déploiement des collectivités à Mobaye, dans la Basse-Kotto. “La Mission soutien également d’autres institutions et services afin de renforcer la présence de l’Etat à l’intérieur du pays. Ainsi, après des discussions avec le ministère de l’Éducation, la MINUSCA assurera le déploiement de 26 enseignants dans la préfecture de Vakaga au début de la semaine prochaine pour renforcer les activités scolaires dans la préfecture qui devrait reprendre début janvier 2018”, a indiqué la porte-parole par intérim.

La conférence de presse a été l’occasion pour Mme Uwolowulakana Ikavi–Gbétanou de souligner à l’attention des medias que « 40 éléments de Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC), 2 Anti balaka, branche Mokom et un combattant du Rassemblement Patriotique pour le Renouveau de la Centrafrique (RPRC) ont été désarmés et démobilisés à Bambari. A cet effet, « 23 armes, 7 roquettes, 2 mortiers et 31 munitions ont été collectés », a-t-elle dit, rappelant qu’à Bangui, « 74 combattants dont 8 femmes ont été désarmés et démobilisés les 12 au 13 décembre 2017 ».

De son côté, le porte-parole de la composante police de la MINUSCA,  le Lieutenant-colonel Oana Andreea Popescu, est revenue sur la cérémonie d’ouverture officielle du Commissariat de Bambari en présence du ministre centrafricain de l’Intérieur et de la Sécurité publique. Selon elle, « 30 policiers sont affectés dans le service et recevront l’appui total de la Police de la MINUSCA déjà présente dans la ville depuis 2015 avec quelque 148 hommes ». La composante police de la MINUSCA a également organisé une formation aux techniques et tactiques d’intervention spécialisée au profit de 55 forces de sécurité intérieures dont quatre personnels féminins a été clôturée le 15 décembre 2017 après  6 semaines de formation intensive pratique à l’école nationale de police de Bangui.

Pour sa part, le porte-parole de la Force, le Lieutenant-colonel Côme Ndayiragije, a présenté les mesures prises par la Force de la MINUSCA, conjointement avec l’UNPOL et les Forces de sécurité intérieures pour sécuriser les fêtes de fin d’année dans le pays. « Outre la multiplication des patrouilles motorisées et pédestres, la Force a procédé au  renforcement des mesures de sécurité au niveau des différents points de contrôles, rendant ainsi davantage dissuasive sa présence”, a-t-il indiqué.

Le Potentiel Centrafricain,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE