Centrafrique : Côme Assan, le jeune ministre du commerce et de l’industrie, œuvre véritablement pour la reconstruction de la Centrafrique

0

Bangui, le 18 décembre 17

Côme Assan Ministre du Commerce et de l’Industrie

 L’heure du bilan est une page que le Potentiel Centrafricain a ouverte pour que chaque responsable, ministre, Dg et autres, puissent s’exprimer sur sa feuille de route de l’année qui s’écoule et ses perspectives pour l’année 2018. Voici la réaction de Côme Assan, ministre du commerce et de l’industrie.

 Conformément à la lettre de mission n°580 du 13 Septembre 2016, son Excellence Monsieur le Ministre, chef du gouvernement à, sur la base du programme de politique Générale du Gouvernement, inspiré de la profession de foi de son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, chargé le Ministre du Commerce et de l’Industrie de mettre en œuvres les activités ci-après en vue de contribuer à la relance économique du pays et à la satisfaction des attentes de la population.

Permettez-moi tout d’abord de faire un bref rappel de la mission du département puis un accent particulier sur, les activités qui sont effectivement mises en œuvre, celles en cours d’exécution et celles non encore exécutées.

Bref rappel de la mission du département

Le Ministère du Commerce et de l’Industrie a pour mission la définition et la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière du développement harmonieux du Commerce et de l’Industrie en République Centrafricaine.

L’objectif global poursuivi par le Ministère du commerce et de l’industrie est de contribuer à la création des conditions de la relance du secteur productif, à la création d’emplois et à la poursuite des Objectifs de Développement durable(ODD).

Les objectifs spécifiques visent à améliorer l’environnement du commerce, de l’investissement et de favoriser la compétitivité des entreprises nationales en vue de promouvoir les exportations.

  • Quelles étaient les grandes orientations de la feuille de route de votre département en début d’année ?

Comme signalé dans l’introduction et conformément à la lettre de mission n°580 du 13 septembre 2016, le Ministre du Commerce et de l’Industrie doit en mettre en œuvre les grandes orientations de la feuille de route du département et le Plan National de Relèvement et de la Consolidation de la paix (RCPCA) validé par le Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération internationale en vue de contribuer à la relance économique du pays et à la satisfaction des attentes de la population.

C’est pourquoi, dans le cadre du renforcement des capacités et de la promotion des financements il aurait fallu:

  • Redynamiser les Chambres Consulaires (CCIMA, Chambre d’agriculture etc.) ;
  • Renforcer le Cadre Mixte de Concertation pour l’Amélioration du climat des Affaires (CMCAA) ;
  • Doter le pays d’un nouveau code de Commerce ;
  • Prendre des mesures pour l’approvisionnement du pays en produit de grande consommation ;
  • Surveiller et maîtriser les prix des produits de premier nécessité ;
  • Renforcer les capacités techniques du personnel du département ;
  • Renforcer les capacités commerciales ;
  • L’étude de faisabilité de la mise en place d’un Fonds National de garantie et d’investissement ;
  • Veillez à l’engagement du Gouvernement en ce qui concerne l’évaluation des dommages subis par le secteur privé et la mise en œuvre des recommandations issues du Forum sur la promotion du secteur privé ;
  • Mettre un accent particulier sur la construction des Directions Régionales du Commerce ;
  • Assainir le climat des affaires et promouvoir les investissements privés ;
  • Promouvoir le développement industriel et renforcer les capacités de l’offre ;
  • Poursuivre les négociations dans le cadre du programme de Doha pour le développement de l’OMC, l’Accord de partenariat économique avec l’UE et les accords commerciaux bilatéraux etc. ;
  • En collaboration avec le CMCAA proposez des reformes pour améliorer les indicateurs du rapport Doing Business de la Banque Mondiale ou la RCA figure parmi les pays en queue de pelletons.

En termes de bilan, qu’avez-vous réussi à réaliser et que vous reste t’-il à faire ?

En dépit de la situation difficile que traverse notre pays en raison de tension de trésorerie, le Département dont j’ai la charge a pu réaliser les activités énumérées ci-après :

  1. Activés réalisées
  • Dans le cadre de l’appui au renforcement du Cadre Mixte de Concertation et d’Amélioration des Affaires (CMCAA), il y a :

-La formation des Experts

-Le transfert du siège dans les locaux réhabilités de la CCIMA

  • Pour l’appui à la redynamisation des structures de formation et d’encadrement du secteur privée, il y a :

-Le transfert du GUFE dans les locaux réhabilités de la CCIMA. La mise en place d’un système de gestion financière adapté (logiciel TOMPRO et Manuel de procédure) avec l’appui de la BAD ;

-Les programmes PRMN et PIQUAC sont mis en place et opérationnels ;

-La finalisation de l’étude sur la création du Centre de Gestion agréé ;

  • Le code de Commerce de la RCA a été adopté par l’Assemblée Nationale le 30 Décembre 2016 et promulgué par le Chef de l’Etat;
  • En ce qui concerne le suivi de l’approvisionnement du pays en produits de premier nécessité par :
  • La tenue des séries de réunions avec les opérateurs économiques ont permis de les mettre en confiance et s’enquérir de leurs difficultés et arrêter une stratégie consensuelle pour l’approvisionnement des marchés et la relance de l’économie ;
  • la mise en place d’un Comité de suivi des recommandations du Forum sur la promotion du secteur privé tenu en 2015.
  • Le relèvement des entreprises sinistrées, il y a la réalisation de l’étude sur l’évaluation des dommages subis par les opérateurs économiques ;
  • Pour la finalisation de l’étude du Fonds National de Garantie et d’Investissement : l’étude a été finalisée et validée ; et j’ai passé la main à mon collègue du PME pour la suite ;
  • L’opérationnalisation du Programme de Restructuration et de Mise à Niveau et du Programme Infrastructure Qualité en Afrique Central : les experts ont été recrutés, le bureau mis en place et les études réalisées ;
  • Les projets de lois sur la normalisation et la métrologie sont élaborés, examinés et transmis à la commission des Textes Officiels pour adoption ;
  • Pour la promotion des systèmes de financement adaptés aux besoins des opérateurs économiques, le Ministère s’emploie en collaboration avec la BEAC, les banques centrales, les établissements de microfinance, les organisations du secteur privé pour mettre en place des produits et services financiers aux besoins des opérateurs économiques ;
  • La poursuite des négociations commerciales multilatérales (OMC) et régionales (APE) : réunions techniques et ministérielles sur l’APE, réunions sur les Zones de Libre Echanges (continental et CEEAC-CEMAC).
  • Le conseil des Ministres a donné son accord pour le paiement échelonné des cotisations vis-à-vis des organisations internationales à l’exemple de l’OMC ;
  • La reprise des activités du projet Cadre Intégré Renforcé ;
  • Le retour de la RCA dans le système l’AGOA qui est une initiative ;
  • L’organisation du Forum des investisseurs privés en Novembre 2017 ;
  • La relecture de la Charte nationale d’investissements en voie d’adoption par l’Assemblée Nationale ;
  • L’élaboration de la Loi sur la métrologie, les normes et qualités qui suivent leur cours.

La liste des actions menées n’est  pas exhaustive. Ce qu’il faut retenir est qu’au moins à plus de 90%, nous avons exécuté notre feuille de route.

Par ailleurs, d’autres activités non prévues dans la lettre de mission sont également réalisées, notamment :

  • L’organisation des visites de certaines unités de production comme Mocaf, Rayan, Socacig, Sucaf, Hussaca, Savex et la Cimenterie de Bimbo pour connaitre leurs difficultés. S’agissant de la Cimenterie de Bimbo qui a connu un arrêt à cause des crises récurrentes que le pays a connu, le Gouvernement Centrafricain et le Gouvernement Indien ont convenu de la reprise de cet important projet ;
  • Le soutien du Gouvernement a permis la nomination d’un haut cadre Centrafricain au poste de Directeur Général Adjoint au sein de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle(OAPI).

b)- Activités en cours

Il s’agit de :

  • La redynamisation de la Chambre de Commerce, d’Industrie, des Mines et de l’Artisanat, il Ya : La réhabilitation du bâtiment, la dotation en meubles et mobiliers de bureau ;
  • L’adoption de la Charte de l’investissement ;
  • Le suivi de la mise en œuvre des recommandations du Forum sur la promotion du secteur privé et des investisseurs ;
  • Le renforcement des capacités techniques du personnel du Ministère ;
  • L’appui à la promotion du dialogue public-privé ;
  • L’assainissement du climat des affaires et la promotion des investissements ;
  • La création du Centre de Gestion Agréé : l’étude a été réalisée et déjà validée.
  • La mise en place du Comité de suivi des engagements issus de Forum des investissements tenu en Novembre 2017.

c)- Activités non réalisées

  • La construction des locaux des Directions Régionales du Commerce et de l’Industrie.

Conclusion :

Sur une vingtaine d’activités prévues dans la lettre de mission, dix(10) sont réalisées, sept (07)

Sont en cours de réalisation et un (01) non réalisées, soit 60% de réalisation.

Le département envisage de procéder à :

  • La création de zone industrielle ;
  • La mise en place de la cartographie industrielle de la RCA
  • La construction des Directions régionales et le poste de contrôle du PK 26.
  • L’opérationnalisation de la cimenterie de nzilla ;
  • Le suivi et l’évaluation des recommandations issues des Forums sur la promotion du secteur privé et des investisseurs.
  • Les difficultés rencontrées et perspective pour la nouvelle année 2018 ?

Les difficultés se résument en termes de moyens dans la mise en œuvre de la feuille de route. Toutefois des efforts sont entrepris par le Gouvernement pour la relance des activités dans le domaine du Commerce et de l’industrie.

Je vous remercie !!!

Pas besoin de commentaires chers internautes. Appréciez-vous-même ce que le jeune ministre du commerce et de l’industrie a abattu comme travail. En voilà qui œuvrent véritablement pour la reconstruction du pays longtemps et si dévasté par des récurrentes crises militaro-politiques.

Le Potentiel Centrafricain,

LAISSER UN COMMENTAIRE