Centrafrique : L’UNDP renie son envoyé spécial au gouvernement, le ministre Gaby-Francky Leffa

0

Bangui, le 11 décembre 17

 A l’occasion de la journée du 1er Décembre marquant la célébration du 59ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance de la République Centrafricaine, l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP) a pris part activement au défilé marquant les festivités.

Cependant, alors que les militantes et militants de l’UNDP régulièrement désignés s’apprêtaient à s’engager dans le défilé, un groupuscule d’individus n’ayant jamais pris part aux séances de répétition s’est infiltré dans le rang, brandissant des banderoles nuitamment conçues pour la circonstance.

Selon les investigations dont quelques éléments sont à notre possession, Monsieur LEFFA Gaby Francky, actuel ministre de l’urbanisme et de l’habitat, ancien militant révoqué du parti pour ses conduites immorales et actes de trahison qui, à la solde de SARANDJI et TOUADERA, respectivement premier ministre et président de la République, se livre à toutes sortes de manœuvres pour déstabiliser l’UNDP et son Président Fondateur, le Frère AMINE Michel.

Drôle de lead d’article diront tous les meilleurs, que disons nous, les journalistes tout court, puisqu’il n’y a pas de  bons et de mauvais journalistes mais de bonnes ou de mauvaise mises en application des lignes éditoriales lorsqu’on ne les comprend pas assez mieux.

C’est le cas de celui-là qui a rédigé le communiqué de presse de l’UNDP pour remettre en cause la très bonne et réussie  organisation des festivités du 59ème anniversaire de la proclamation de la République Centrafricaine, nom qui a mis sous verrou Oubangui-Chari, ancienne appellation du territoire qui est aujourd’hui meurtri par les forces sataniques du mal.

Comment interpréter la ferme détermination et le farouche acharnement de l’UNDP, qui se dit   pourtant un parti pour le développement et le progrès, à noircir pour ne pas dire, à inoculer les germes de la lèpre, maladie tant redoutée au point de bouter hors de la communauté son propre parent parce qu’il l’a attrapée et le laisser mourir à l’écart ?

Ne dit pas-t-on que pour abattre son chien on le taxe d’être enrager ? Que veulent exactement les partis politiques en Centrafrique ? Faire une politique de construction ou de destruction du pays ? Mais si ce n’est que cela, il n’y a pas besoin de créer un parti politique mais de former une rébellion telle que la séléka et venir assassiner, piller, violer, incendier et fouler au pied tout ce qui est droit de l’homme et droit humanitaire. Les séléka sont en train de le faire, ils n’ont pas besoin de parti politique.

Une nation est le fruit des efforts de construction d’un peuple uni, solidaire et déterminer à s’affirmer dans la sphère mondial. Barthélémy Boganda qu’on ne cessera d’appeler père de la nation centrafricaine s’est évertuer à l’inculquer au peuple Centrafricain, peuple pour lequel il a délibérément sacrifié sa vie. Ce Amine Michel et son UNDP peut-il ainsi faire ?

Absolument pas. Parce que, lui et les fameux cadres de son parti ne savent rien de l’importance d’une fête célébrée comme si c’était la fête de l’indépendance que célèbrent les autres Etats d’ailleurs sortis de la domination coloniale. Ils n’ont pas honte de s’attaquer à la la bonne organisation et la réussite des festivités de ce 59ème anniversaire, des anniversaires perdus de vue durant pratiquement 5 années d’affilé à cause de la barbarie des rebelles de la séléka.

Soyons sérieux. Pourquoi avoir envoyé Leffa au nom du parti UNDP dans le gouvernement et vouloir par la suite l’abattre ? Est-il besoin de salir la mémoire de feu Boganda qui nous a légué la fête nationale qu’est la célébration du 1er Décembre pour demander à retirer du gouvernement l’élément UNDP qu’est le ministre Leffa si l’UNDP le considère désormais comme une brebis galeuse ?

En tout cas, nos hommes politiques et surtout les leaders des partis sont très loin de l’être au point qu’on se demande qu’est-ce qu’ils sont vraiment et que veulent ils exactement. C’est une très grosse honte. La raison et la logique auraient voulu que l’UNDP saisisse le Premier Ministre Chef du gouvernement, à qui elle a adressé une correspondance pour proposer au poste de ministre leur compatriote Gaby-Franky Leffa, et lui demander sa destitution ou son retrait. C’est simple comme si le chien lapait l’eau. L’UNDP a de quoi à revoir la qualité de ses cadres conseillers politiques qui trompent  Amine pour bouffer comme le ministre Leffa est en train de le faire à son poste ce qui qu’ils ruminent très mal.

Touadéra et Sarandji n’a rien à voir dans des querelles intestines de l’UNDP qui démontrent à merveille l’incompréhension et le combat des sièges qui règnent dans ce parti au point de le fragiliser et de le décrédibiliser aux yeux du peuple  Centrafricain et aux yeux de la Communauté internationale voire, et ceci à une très grande échelle, aux yeux de ses bailleurs du Qatar, dont le monde du Moyen Orient taxent d’être le grenier des terroristes.

Voilà en réalité, ce qui guette la Centrafrique avec Michel Amine qui, faute d’être retenu parmi les concourants aux dernières présidentielles, ce qu’il espérait avidement pour pouvoir rembourser ses colossales dettes auprès du Qatar et qui n’a pas marcher à cause de son éviction par à la fois, l’Autorité Nationale des Elections (ANE) et la Cour Constitutionnelle de Transition, entretemps responsable de l’organisation des dernières élections.

Michel Amine a voulu se repentir et collaborer avec les autorités actuelles de Centrafrique, principalement avec le Pr Faustin Archange Touadéra en signant un pacte d’appartenance à ce qu’ils ont appelé « Union Sacré ». Mais l’intelligence de l’homme, un universitaire qui a l’habileté d’arriver à une et une seule solution en démontrant plusieurs théorèmes ont vite fait d’essouffler les avides des mangeoires qui vite fait aussi de se retirer de leur sacré union dont le peuple n’en a même pas besoin pour que la paix revienne et qu’il occupe son terroir, vaque librement à ses occupations qui lui garantissent le fonctionnement de sa vie quotidienne de résidu de toute les autres sociétés africaine.

Faut se méfier des alliés de Qatar. A bon entendeur salut !!!

Le Potentiel Centrafricain,

LAISSER UN COMMENTAIRE