Centrafrique : Berbérati et la JMA grosse surprise pour Touadéra

0

Bangui, le 15 nov. 17

Grand mouvement gouvernemental pour la Célébration des Journées Mondiales des femmes Rurales et de l’Alimentation à Berberati, ville préfectorale de la Mambéré Kadéi 
Toutes les localités environnantes de la ville de Berberati se font en peau neuve à travers l’embellissent des bâtiments administratifs, la réfection des édifices publics et celle des infrastructures de la place.

Sans commentaire, voilà ce qu’un confrère dit de l’accueil qui a été réservé au président de la République qui a été ovationné à Berberati comme s’il était dans son village  de Ngonzo à Damara.

Au fait, pourquoi faire référence à Damara ? Le professeur Faustin-Archange Touadéra n’a-t-il pas été élu à plus de 60% par les Centrafricains ? Eh bien ces mêmes Centrafricains, d’où qu’ils soient continuent de démontrer  leur attachement à leur président.

Bossangoa l’année dernière et Berberati aujourd’hui, aucune différence sauf changement de préfecture et de chef-lieu, mais de changement de territoire pour ne pas dire de république. C’est cette RCA, une et indivisible même si des mercenaires étrangers ont manigancé ce désir de voir la République divisée en deux pour que la partie nord revienne au Tchad. Niet et un grand Niet.

Comme a Bossangoa l’année dernière, les femmes de la Mambéré-Kadéï, celles du monde rural et toute la population de cette région en particulier et de toute la Centrafrique viennent d’être honorées. Quoi de juste et de droit et même de véritablement normal quand le président élu du pays veut se mélanger à son peuple, surtout que ce peuple n’arrive pas à le voir, le toucher du bout du doigt, le saluer pour ne pas dire l’embrasser et que l’occasion qu’on peut qualifier d’or se présente ?

C’est vrai qu’à occasion exceptionnelle, accueil exceptionnel, le président Professeur ne l’a pas manqué ni regretter. Berbérati s’est une fois de plus fait parler d’elle comme ville riche en tout. Le président lui aussi a su parler de lui-même comme étant l’unique que les Centrafricains ont élu parmi la trentaine.

Le bain de foule du chef de l’Etat a été une marque de reconnaissance et d’encouragement de la population à pouvoir travailler davantage pour le développement de leur localité. Cependant, la question de l’émancipation de la femme rurale reste d’actualité dans son adresse à la population car des instructions ont été données au gouvernement d’établir un plan d’action raisonnable à aider les femmes rurales à sortir de la pauvreté dans cette période post-crise.

Ce message du Chef de l’Etat est un véritable stimulus lancé à tous centrafricains pour œuvrer en faveur de la réconciliation nationale, de la cohésion sociale et du vivre ensemble pour le développement du pays.

Ah oui, c’est cela être amoureux de son pays et de son peuple. On espère que la prochaine JIMA sera célébrée Birao.

Le Potentiel Centrafricain,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE