Communiqué N°7/2017 relatif à la recrudescence de la violence à Bangui

0

Communiqué N°7/2017 relatif à la recrudescence de la violence à Bangui

Communiqué​ n°007/ 2017

relatif à​ ​la​ ​recrudescence de la​ ​​violence​ ​à ​​Bangui – République ​centrafricaine,

le Collectif « Touche pas à ma Constitution » condamne cette nouvelle flambée de violences

Suite à un ​​concert​ ​de​ ​musique ​populaire qui était animé par le compatriote ​l’artiste OZAGUIN ​qui devait​ se​ ​tenir à​ Bangui ​en​ ​toute​ ​quiétude,​ ​et​ s’inscrivant​ dans​ ​la ​​dynamique ​​du​ ​processus​ ​d’un​ ​retour​ ​à ​​la paix​ ​et​ ​à​ ​la​ ​réconciliation​ ​nationale.

Les ​ennemis du​ peuple​ centrafricain​ ​ont​ ​encore​ malheureusement​ choisis pour commettre ​des ​actes​ ​ignobles​ ​faisant ​des ​ blessés​ et​ des​ morts. ​ ​

Depuis ce samedi​​ 11 ​novembre​ ​2017, ​ ​des​ ​corps​ ​sans​ ​vie​ se ​comptent​ dans ​plusieurs​ quartiers​​ faisant​ ​replonger​ la​ ​​capitale​ ​Bangui,​ ​dans​ une​ ​​flambée​ ​de​ ​violences.

Face​ ​à​ ​cette​ ​nouvelle​ ​tragédie​ ​humaine​ l’Association « Touche pas à ma Constitution » ​condamne​ ​avec​ ​la​ ​plus​ ​ferme​ ​énergie​ ​ces​ ​actes​ ​odieux ​qui​ ne ​cessent​ d’endeuiller​ ​les​ ​familles​ ​centrafricaines​ ​et​ ​maintenir​ ​le​ ​pays​ ​dans​ ​le ​chaos.

Manifestement, il est important​ ​d’interpeller​ ​le​ ​gouvernement​ ​centrafricain​ ​pour que ​des actions​ robustes soient menées afin​ de sécuriser la population et​ ​d’arrêter les ​présumés​ auteurs de ces actes odieux. ​ ​

La​ ​MINUSCA​ ​doit​ ​de​ ​toute ​urgence ​déployer ​tous​​ les​ moyens​ ​​à​ ​sa ​disposition afin de rétablir la paix de manière​ inconditionnelle. Faute de quoi, le Collectif compte saisir le Conseil de sécurité en vue de faire un plaidoyer pour dénoncer le laxisme des Forces internationales.​

Le Collectif  ​appelle​ ​la​ ​population​ ​au​ ​calme et  présente toute sa compassion aux familles des victimes et souhaite un bon rétablissement aux blessés.  

Fait à Paris, 13 novembre  2017

Le Coordonnateur général, Godfroy- Luther Gondje-Djanayang

  • Le Secrétaire général des Nations Unies,
  • La Fédération internationale des Droits de l’Homme,
  • La Presse.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE