Batangafo : des mercenaires Tchadiens chassés du village Saragba

0

Bangui, le 02 novembre 17

Le début de cette semaine a été marqué par des affrontements entre des mercenaires tchadiens qui auraient élit domicile au village Saragba, un petit recoin sur le territoire Centrafricain et à la frontière entre la RCA et Tchad.

Depuis la dislocation de la séléka en de petits groupes, des éléments tchadiens qui fuyaient vers le Tchad et qui ont été  refoulés, ont trouvé refuge dans ce village. Profitant des armes dont ils font régulièrement usage, ils ont réussi à faire déguerpir les habitants pour occuper les lieux.

C’est de ce village qu’ils font régulièrement des incursions à Batangafo pour piller, assassiner, incendier. Les jeunes du village ont compris ces agissements et se sont efforcés à rechercher et localiser le gite de ces malabars.

Depuis un certain temps ils ont décidé de s’organiser pour attaquer le camp de ces énergumènes qui ne laissent pas en paix les populations des villages avoisinants et la ville de Bantangafo. Leurs efforts ont abouti à l’attaque du village entre lundi et mardi derniers.

Une opération réussie selon un des leurs qui, sous anonymat, a bien voulu témoigner de ce qui est arrivé. Avant l’attaque, affirme-t-il, des messagers seront été incrustés pour aviser certains habitants ressortissants du village qui y sont restés malgré la menace et l’occupation de leur localité par ces Tchadiens. Ils se seraient évadés dans la nature pour ne laisser que les envahisseurs qui ont été attaqués et massacrés à volonté.

Plusieurs cadavres de ces mercenaires joncheraient encore, au jour d’aujourd’hui le sol dans ledit village qui est étroitement surveillé par les jeunes venus de Batangafo, Bouca et Bossangoa juste pour cette opération de nettoyage et par mesure de contrattaquer d’éventuelles représailles.

Deux ou trois coups de ce genre devraient méfier ces envahisseurs et les mettre en garde contre d’éventuelles attaques et occupations de territoire de ce genre. Faute d’une armée nationale opérationnelle, les jeunes sont bien décidés à défendre leur patrie.

Hervé BINAH

LPC,

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE